Publicité

OM: comment Murillo a gagné la confiance de Gattuso et de ses coéquipiers

"Quand je suis arrivé, il n'avait même pas disputé une minute…" Si Amir Murillo est en train de s’affirmer petit à petit à l’OM, le latéral panaméen doit une partie de sa réussite à son coach Gennaro Gattuso. Pas dans les plans de Marcelino en début de saison, la recrue panaméenne a pris son mal en patience avant d’obtenir la confiance de l’entraîneur italien qui l’a titularisée dans le couloir gauche dès son premier match avec Marseille, sur la pelouse de Monaco (défaite 3-2). "J'ai eu des choix à faire, a indiqué Gennaro Gattuso vendredi en conférence de presse. Quand on voit un joueur à la TV, ce n'est pas la même chose que de le voir en vrai. Il aurait peut-être mérité plus avant. Il travaille dur. Il n'est jamais dans les polémiques. C'est une belle surprise sur le plan technique et humain."

Murillo : "J’apprends beaucoup de lui chaque jour"

Une belle surprise aussi pour Murillo : "Depuis que le "Mister" est arrivé, j’ai de très bonnes relations avec lui, confie-t-il au micro de RMC Sport. Il m’a donné confiance, il m’aide beaucoup et ça se ressent sur le terrain. J’ai fait quelques entrées en jeu, j’ai eu cette opportunité d’être titulaire, j’apprends beaucoup de lui chaque jour."

Cette connexion se traduit par des chiffres : dix apparitions toutes compétitions confondues, une passe décisive et un premier but mercredi au stade Vélodrome face à l’Olympique Lyonnais (3-0). L’ancien milieu de terrain de l’AC Milan a aussi été séduit par la polyvalence de son défenseur, capable d’évoluer sur le côté gauche. Cela a parfois permis à Renan Lodi de souffler ou d'être remplacé quand il était blessé, laissant Jonathan Clauss sur le côté droit, son côté préférentiel. Enfin en interne, Murillo a également surpris par sa sérénité lors de ses entrées en jeu.

Une intégration réussie grâce à une concurrence saine avec Clauss ("il est très agréable comme coéquipier, on parle beaucoup, on se donne des conseils mutuels") et surtout facilitée par le soutien de plusieurs joueurs hispanophones, très proches de lui comme Balerdi ou Pau Lopez. "Ils ont été très importants pour moi, dès le premier jour, car ils m’ont beaucoup aidé dans mon adaptation et aussi pour me traduire certaines choses que je ne comprenais pas en français, confirme l’intéressé. Ce sont des joueurs très précieux dans l’évolution de ma carrière." Un avenir qui s’éclaircit de jour en jour à Marseille.

Article original publié sur RMC Sport