Publicité

OM: Murillo assume son style offensif

Amir Murillo aime attaquer, et il ne s'en cache pas. Aligné en piston dans le 3-5-2 de Gennaro Gattuso, le Panaméen apprécie tout particulièrement ce système, qu'il connaît également en sélection.

"Offensivement, ce système nous permet d’apporter beaucoup plus à l’équipe. Tu es plus proche de la surface de réparation, tu peux frapper au but, centrer. Cela offre l'opportunité de te lâcher avec un peu moins de responsabilités défensive. Et parfois tu peux être un attaquant de plus dans la surface de réparation", confie-t-il au micro de RMC Sport.

>> L'actualité de l'OM en direct

"Je reste avant tout un défenseur"

Titulaire à trois reprises en Ligue 1 (pour trois entrées en jeu), le joueur de 27 ans assume être un joueur offensif, même s'il doit respecter la première consigne donnée par son entraîneur: défendre. "Cela dépend de la situation du ballon et de l’évolution du match. Il m’exige que je reste avant tout un défenseur car c’est ma fonction primordiale mais quand on a le ballon je dois être un attaquant en plus pour aider mes coéquipiers."

Cet attrait pour l'attaque lui vient de sa formation, lui qui a évolué à plusieurs postes depuis ses débuts. "J’ai commencé ma carrière en étant défenseur central, se souvient-il. Mais mon premier entraîneur au niveau professionnel, Gary Stempel, m'a utilisé en tant que milieu offensif, parfois même meneur de jeu, et j’ai joué deux saisons comme ça. Je n'étais pas défenseur dans le championnat du Panama et c'est en sélection que j’ai commencé à jouer latéral droit. Le fait d’avoir connu plusieurs postes dans ma carrière me permet de mieux comprendre le jeu et c’est un avantage pour moi et peut-être pour l'équipe."

Auteur de son premier but avec Marseille face à Lyon mercredi (3-0), Amir Murillo est prêt à prendre plus de responsabilités, notamment sur coup-franc. Un exercice au cours duquel il s'est illustré en sélection. "J’espère pourquoi pas marquer un jour un coup-franc avec l’OM. Je m’entraîne dans cet exercice très régulièrement, et avec la sélection aussi. J’aime beaucoup tirer les coups de pied arrêtés quand j'en ai la possibilité. Et au Panama, j’ai encore plus de responsabilités car je dois avouer, en toute humilité, qu’ils comptent beaucoup sur moi."

Article original publié sur RMC Sport