Publicité

MMA: porte-parole autoproclamé d'une Irlande en colère, Conor McGregor se voit devenir président

On ne sait toujours pas vraiment quand, ni contre qui, on le reverra dans l'octogone de l'UFC. Mais en attendant son retour dans la cage, Conor McGregor mène actuellement un autre combat. Une bataille sur les réseaux sociaux, contre le "système" et la caste politique en place en Irlande, contre l'immigration qu'il juge responsable de la hausse de la criminalité dans son pays, se revendiquant porte-parole d'un peuple "appauvri" et délaissé par ses dirigeants.

Le célèbre et sulfureux combattant de MMA, enfant de Dublin devenu une superstar mondiale et dont la notoriété a largement dépassé le cadre sportif, avait multiplié fin novembre les prises de parole polémiques après une attaque au couteau dans la capitale irlandaise et une série d'émeutes urbaines. Ses messages sur le réseau social X (ex-Twitter) mentionnant une "guerre" ou demandant la peine de mort pour l'agresseur, alors "likés" des dizaines voire des centaines de milliers de fois, lui ont depuis valu l'ouverture d'une enquête de la police locale pour un potentiel appel à la haine. Mais ils lui ont aussi donné des idées.

Une victoire écrasante... dans un sondage X

Car ces deux dernières semaines, Conor McGregor n'a pas vraiment levé le pied. Il a plusieurs fois allumé le gouvernement, l'opposition plus intéressée d'après lui par la conquête du pouvoir que par un réel changement, et appelé à "une vraie démocratie". Si bien que "The Notorious" se rêve désormais lui-même... en président de l'Irlande.

Lundi 4 décembre, après une nouvelle salve de posts relativement populistes sur X, McGregor a ainsi publié une première photo de lui en costume, avec trois mots pour légende: "Irlande, votre président." Un trait d'humour, pouvait-on penser.

Mais quelques heures plus tard, le combattant en a remis une couche avec un sondage demandant à ses fans vers qui se dirigerait leur vote en cas de présidentielle aujourd'hui. 215.000 votes plus tard (au moment de l'écriture de ces lignes), un homme s'en sort avec une victoire écrasante: Conor McGregor, évidemment. 88% pour lui, contre 5,5% pour le leader nationaliste Gerry Adams (Sinn Féin), 3,3% pour l'ex-Premier ministre Bertie Ahern (Fianna Fail), et 3,2% pour Enda Kenny (Fine Gael), autre ex-Premier ministre. Un succès virtuel sans aucune valeur politique? Pour McGregor, une preuve de plus que le peuple le réclame.

Une sévère critique des partis traditionnels... et le soutien d'Elon Musk

Car en parallèle au sondage, l'ancien champion des poids plumes et des poids légers à l'UFC a développé son argumentaire.

"Il y a un potentiel match si je me présente", a-t-il écrit, pointant l'âge de ses éventuels rivaux installés depuis longtemps dans le paysage politique irlandais.

"Gerry a 78 ans (75 ans en réalité, NDLR). Bertie, 75 (72 en réalité). Enda, 74 (72 aussi). Chacun a des liens indéfectibles avec la politique de son parti. Indépendamment de ce que pense le public en dehors. Ces partis se gouvernent eux-mêmes au lieu de gouverner le peuple." Et McGregor de proposer une alternative: "(Il y a eux) Ou moi, 35 ans. Jeune, actif, passionné, à la peau neuve. J'écoute. Je soutiens. Je m'adapte. Je n'ai aucune affiliation, aucun préjugé, aucun favoritisme à l'égard d'un parti. Ils seraient véritablement tenus de rendre des comptes sur l'état actuel des sentiments de l'opinion publique. Je présenterais même tout cela aux urnes. Il y aurait des votes chaque semaine pour s'en assurer. Je peux financer. Ce ne serait pas moi qui serais au pouvoir en tant que président, peuple d'Irlande. Ce serait moi, et vous."

54.000 likes ce coup-ci, et une réponse d'un homme, Elon Musk, le très décrié propriétaire de la plateforme X. "Je pense que tu pourrais tous les battre à une main, ce n'est même pas juste", s'est amusé le milliardaire américain. Remettant ainsi une pièce dans la machine.

"J'aimerais avoir mes chances Elon", a commenté McGregor, rappelant qu'en Irlande, toute personne voulant se présenter à l'élection présidentielle doit être désignée soit par au moins 20 (sur 226) députés de l'Oireachtas, le parlement national, soit par au moins 4 (sur 34) comtés, ce qui pourrait donc grandement freiner ses ambitions.

Michael D. Higgins ayant été élu pour un deuxième septennat en 2018, il faudra donc attendre 2025 pour voir une nouvelle élection présidentielle en Irlande. D'ici-là, Conor McGregor aura peut-être fédéré davantage de voix autour de lui, et sera devenu un candidat crédible. Ou alors "The Notorious" sera totalement passé à autre chose. Comme souvent.

Article original publié sur RMC Sport