Publicité

Manchester City: quelque chose ne tourne plus rond pour la bande de Guardiola, et les stats le confirment

L’ogre fait moins peur. Manchester City, triple champion d’Angleterre en titre, traverse une inhabituelle période de creux depuis la prise de fonction de Pep Guardiola en 2016. En s’inclinant sur le terrain d’Aston Villa (1-0) mercredi, les Citizens ont enchaîné un quatrième match consécutif sans victoire après les nuls contre Chelsea (4-4), Liverpool (1-1) et Tottenham (3-3). Une première depuis avril 2017. La série est toujours en cours avant le déplacement à Luton, dimanche (15h, 16e journée de Premier League).

22 tirs concédés et deux tirs tentés contre Villa,

Et ce n’est pas le seul indicateur prouvant cette passade inédite. La défense (la troisième meilleure de Premier League quand même) est plus friable: elle vient de concéder 17 buts lors des 15 premiers matchs de Premier League pour la première fois depuis 2009-2010, année où le club avait terminé cinquième. Contre les Vilans d’Unai Emery, l'arrière-garde de Manchester City a subi les assauts adverses comme jamais: 13 tirs concédés en première mi-temps (plus haut total en championnat dans la carrière d’entraîneur de Pep Guardiola), 22 sur l’ensemble du match (aussi un record).

L’attaque, la meilleure du championnat (36 devant Arsenal, 34), est un peu moins dominante. À Birmingham, elle a vécu un camouflet en concluant la rencontre avec seulement deux tirs tentés, le plus faible total d’une équipe entraînée par Pep Guardiola au cours de ses 535 matchs de championnats (Premier League, Liga et Bundesliga) dirigés. C’est aussi la première fois que Manchester City termine une rencontre de PL sans avoir obtenu un seul corner sous les ordres du Catalan.

Comment expliquer un tel déséquilibre? L’absence de Rodri peut être un élément de réponse puisque City a perdu ses quatre matchs (trois en PL, un en League Cup) où l’Espagnol était absent cette saison. Pep Guardiola, lui, a une autre explication: l’extrême difficulté à rester au sommet aussi longtemps. Il a d’ailleurs sèchement critiqué le trio de consultants de Sky Sports, Gary Neville, Micah Richard et Jamie Carragher, tous des anciens joueurs, qui accusaient son équipe d’un brin de suffisance après le nul contre Tottenham.

"Ils savent à quel point c'est difficile (de gagner plusieurs titres consécutifs, NDLR)", a-t-il lancé mardi. "Sinon, Gary Neville aurait remporté quatre Premier League (consécutives) dans la meilleure période de Manchester United. Mais il ne l’a pas fait. Jamie Carragher n’en a pas gagné une seule. Micah Richards n'a pas remporté quatre Premier League d'affilée. Cela n’est jamais arrivé. Il y a plus de chances que cela ne se produise pas plutôt que de se produire. C’est tellement difficile de le faire encore et encore."

Quatrième à six points d’Arsenal en Premier League, Manchester City n’a pas encore dit adieu à ses rêves de décrocher un quatrième titre de champion d’affilée, performance jamais réalisée en Premier League. S’il y parvient et qu’il signe un nouveau triplé championnat-Ligue des champions-FA Cup, Guardiola déjà pris une décision.

"Si nous gagnons le triplé cette saison, je prendrai ma retraite. C'est sûr", a-t-il lancé mercredi.

"Je sais que c'est extrêmement difficile, combien d'équipes incroyables ont été présentes en Angleterre et une seule, avec Sir Alex Ferguson, l'a fait et nous-mêmes la saison dernière", a-t-il rappelé. "Nous verrons notre niveau et la compétition elle-même dicte votre niveau, l'adversaire le dicte, le défi est plus élevé mais parler du titre en septembre, octobre, novembre, oubliez ça."

Article original publié sur RMC Sport