Interdictions de déplacement: l'Association nationale des supporters contre-attaque en justice

Les récents incidents autour des supporteurs de football et notamment la mort d'un fan nantais ont poussé les pouvoirs publics à prendre des mesures d'exception pour essayer de mettre fin à la violence.

Comme révélé par RMC Sport, tous les déplacements de supporteurs seront interdits pour les matchs à risques jusqu'au 18 décembre. Une mesure généralisée qui a vu huit matchs de Ligue 1 et de Coupe de France être touchés par des arrêtés ce week-end.

>> Toutes les infos sur la J15 de Ligue 1

L’Association nationale des supporters (ANS) a toutefois confirmé ce vendredi qu'elle allait saisir la justice pour en contester certaines.

"Nous avons demandé à notre avocat de saisir le Conseil d'Etat concernant les arrêtés ministériels et préfectoraux applicables aux rencontres entre le FC Saint-Méziery et l’AJ Auxerre, entre Montpellier et Lens, entre Nice et Reims et entre Angoulême et Bordeaux", a indiqué l'ANS dans une série de messages publiée sur les réseaux sociaux. "Ces recours contentieux n'ont absolument pas vocation à minimiser la gravité du drame de samedi dernier. Personne ne saurait douter de l'immense tristesse qui frappe les tribunes françaises. Personne ne saurait davantage douter de notre sens des responsabilités."

Des arrêtés "très grossièrement illégaux et injustifiables"

Un peu à l'image du récent match de Ligue 2 entre le Paris FC et Bordeaux, l'ANS espère voir le Conseil d'Etat suspendre les arrêtés pris par les préfectures à l'encontre des supporteurs.

"Nous sommes convaincus que les arrêtés relatifs aux déplacements des supporteurs auxerrois, rémois, bordelais et lensois sont très grossièrement illégaux et injustifiables", a encore indiqué l'ANS dans son message. "Ils sont de nature, par leur tardiveté, à créer plus de risques qu'ils ne sont censés en prévenir."

Et l'ANS d'ajouter: "En effet, il s'agit de rencontres pour lesquelles un encadrement avait été organisé et pour lesquelles les supporters sont parfois déjà sur place (Lens, Reims, Auxerre) ou pour lesquelles les supporters visiteurs seront déjà partout dans le stade (Bordeaux)."

Pas de contestation judiciaire pour quatre matchs

Compte tenu des délais limités et des affluences attendues, l'association a expliqué ne pas saisir la justice pour contester les arrêtés frappant les quatre autres rencontres du week-end dont le duel entre le PSG et Nantes pour lequel le parcage des fans des Canaris est, par ailleurs, suspendu par la LFP.

"Nous avons choisi de ne pas contester les arrêtés relatifs aux rencontres PSG-Nantes, Saint-Etienne-Nîmes, Lorient-OM et OL-Toulouse. Ces arrêtés sont très contestables. Mais ils vont drainer des affluences très importantes. Il est trop tard pour chambouler leur encadrement", a enchaîné l'ANS dans ses publications sur les réseaux sociaux. "Notre objectif n'a jamais été et ne sera jamais de placer les clubs et les forces de l'ordre dans une situation de chaos organisationnel, quand bien même ce chaos résulte de la tardiveté volontaire de l'Etat dans l'édiction de ses arrêtés."

Article original publié sur RMC Sport