Publicité

France-Afrique du Sud: les situations litigieuses analysées par un ancien arbitre de Top 14

A froid, avec un peu de recul, RMC Sport a revu le match France-Afrique du Sud et l’a réécouté avec le son du micro de l’arbitre principal, Ben O’Keeffe. Le Néo-Zélandais a été critiqué par Antoine Dupont après la défaite face aux Sud-Africains (28-29).

"Il y a beaucoup de frustration après ce match et on va revoir des images qui vont nous donner encore plus de frustration je pense. Il y a des choses claires et évidentes à siffler qui ne l'ont pas été", a regretté le demi de mêlée tricolore. "Quand on a une avancée de soixante mètres et qu'on ralentit un ruck... Il y a quand même des choses faciles à siffler. Je n'ai pas envie de faire l'aigri qui râle sur l'arbitrage parce qu'il a perdu mais je ne suis pas sûr que l'arbitrage ait été au niveau de l'enjeu."

>> Revivez le choc France-Arfique du Sud (28-29)

RMC Sport a choisi sept séquences pouvant être considérées comme litigieuses et les a soumises à Maxime Chalon, arbitre de Top 14 et Pro D2 de 2014 à 2022. Actuellement consultant pour le club de Brive, il avait revu la rencontre dès dimanche soir, sous plusieurs angles, grâce aux outils de son club. Il estime que les Boks ont bien joué avec les règles. "Comme tout match avec defaite à un point, il est logique et normal que l'on revienne sur des détails et sur beaucoup d'actions qui peuvent paraître douteuses pour l'équipe ayant perdu", pose Maxime Chalon. "C'est humain, c'est de toute manière ce que tous les entraineurs font et surtout peu importe le match, c'est le travail que font tous les arbitres de décortiquer et analyser chaque action sifflée et surtout aussi, chaque non décision, c'est à dire celles que l'arbitre auraient pu siffler."

Situation 1: Arendse sort le ballon du terrain (2e)

Alors que Louis Bielle-Biarrey veut aplatir suite à un coup de pied d‘Antoine Dupont, il est devancé dans l’en-but par Kurt-Lee Arendse. Le Sud-Africain touche le ballon, qui sort du terrain.

- Ce que dit Ben O’Keeffe: "Le joueur vert essaie de la récupérer et d’aplatir, mais le ballon part en arrière. Ça joue."

- Le regard de Maxime Chalon: "Pour moi cette situation ne fait pas débat, on voit d'une part que le juge de touche est très bien placé puisque c'est lui qui donne la décision terrain. Suite à cela, les arbitres prennent leurs responsabilités sans faire appel à la vidéo officiellement car cette décision est claire pour eux et c'est le cas. On voit clairement que le geste d’Arendse est de tenter de se saisir du ballon et qu'en aucun il n'envoie le ballon en ballon mort volontairement ou qu'il ne fait un en avant. Aucune image ne peut venir infirmer cela et il s'agit d'une lutte légale entre deux joueurs."

Situation 2: le possible en-avant volontaire d'Etzebeth (7e)

Alors que les Bleus sont à cinq mètres de la ligne des Boks, Eben Etzebeth coupe une passe de la main. Le ballon tombe au sol.

- Ce que dit Ben O’Keeffe: "Il essaie de l’attraper avec une main et ça part en arrière, ça va en arrière!"

- Le regard de Maxime Chalon: "Le geste peut paraitre grossier et peu académique voire d’antijeu. La seule question à se poser pour donner la suite de notre décision et la nature du geste, c'est: est-ce que le ballon voyage devant lorsque le joueur le touche? Encore une fois, aucune image ne vient prouver cela de manière claire et évidente. Il ne peut pas y avoir mieux placé que le juge de touche qui est vraiment parfaitement dans l'axe de la trajectoire du ballon. L'arbitre central est aussi un peu plus loin dans l'axe de l'appréciation de la trajectoire et ce sont les parfaits placements pour juger cela. Ce qui compte, c'est surtout de regarder les différents angles proposés par la production et auxquels nous avons accès, on ne voit pas ces ralentis différents sur le match. J'ai regardé donc ces ralentis et effectivement a aucun moment le ballon ne voyage devant. Je sais que cela peut paraitre dur et compliqué, mais nous nous devons d'être précis et factuel. Cette action vue dans sa globalité peut ressembler à un geste d'antijeu, mais vu que nous sommes dans l'analyse d'après-match et la précision, cela lui donne encore une fois raison, en regardant ces différents angles, surtout les angles d'en haut."

Situation 3: le grattage de Vermeulen avec main au sol (8e)

Duane Vermeulen vient gratter un ballon alors que la possession est française mais pose une main au sol. La balle est récupérée et 30 secondes plus tard, après un coup de pied, l’Afrique du Sud marque son premier essai.

- Ce que dit Ben O’Keeffe: "Le turnover est bon (en direct)." Puis, à Antoine Dupont, qui estime que le gratteur n’était pas sur ses appuis: "Il est dynamique, quand il rentre dedans il gagne le ballon".

- Le regard de Maxime Chalon: "Les zones de ruck sont devenus aujourd'hui très techniques, aussi bien pour les joueurs que pour les arbitres et il faut donc être très précis dans la réalisation des gestes. C'est ce que l'on demande aux joueurs. Il faut aussi être très précis dans l'analyse de l'arbitre. Ici, on voit clairement que le joueur respecte ses obligations s'il veut gratter le ballon: il rentre par la porte, il relâche clairement le Francais, il est debout sur ses appuis et supporte le poids de son corps. Reste à savoir s'il attaque directement le ballon. C'est le cas avec sa main droite, mais sa main gauche semble être en appui au sol, ce qui est interdit. Ensuite il joue le ballon, ne le coffre pas et fait action de le récupérer. Là aussi, c'est bon. Donc toute l'analyse réside dans cette question: a-t-il sa main gauche en appui au sol, ce qui semble être le cas et auquel cas il fallait siffler comme l'a très bien fait Mathieu Raynal lors de son match ce week-end? Il faudrait voir un ralenti très précis et zoomer pour affirmer cela officiellement."

Situation 4 : la transformation de Ramos contrée par Kolbe (23e)

Thomas Ramos, qui tente de transformer l’essai de Peato Mauvaka, est contré par Cheslin Kolbe.

- Ce que dit Ben O’Keeffe: "C’est bon! Le timing est bon."

- Le regard de Maxime Chalon: "Cette action ne fera pas débat, la règle est très claire. Le joueur doit partir derrière sa ligne de but et déjà, il part en ayant le pied sur la ligne, donc sa position de départ est illégale. Ensuite, on voit clairement, avec d'autre ralentis, qu'il monte avant que le Français démarre sa course d'élan. Bouger le haut du corps ne suffit pas à donner le départ, il faut qu'il commence sa course d'élan en arrière ou en avant et là ce n'est pas le cas, donc la transformation devait être retapée avec interdiction de charge cette fois-ci. C'est la règle."

Situation 5: le coup de Kriel au visage de Dupont (24e)

Sur un contre sud-africain, Jesse Kriel va défier Antoine Dupont. Il percute le Français le bras en avant, au niveau du visage.

- Ben O’Keeffe ne dit rien.

- Le regard de Maxime Chalon: "Cette action semble aussi très claire, les Sud-Africains ont fait ça plusieurs fois dans le match. Toute la question est de savoir si le joueur réalise un raffut, main ouverte, geste donc autorisé, ou un geste de jeu déloyal avec une main fermée au visage de Dupont. On voit qu'il a la main ouverte qui va au visage du Français, donc le geste est légal. Il n'y a aucune projection du coude ou du point. Donc pas de faute. C'est la définition du raffut, comme ils l'ont fait plusieurs fois dans le match."

Situation 6: Etzebeth a-t-il touché le ballon sur une passe de Dupont ? (26e)

A la sortie d’un ruck, Antoine Dupont manque sa passe car il est coffré par Eben Etzebeth. Le Français estime que son adversaire a dévié le ballon en le plaquant, et qu’il y a en-avant. "Je vous jure il touche le ballon! Je suis sûr", réclame le capitaine des Bleus.

- Ce que dit Ben O’Keeffe: "Le TMO m’a dit non pour le moment. Est-ce que le joueur vert touche la balle sur la passe de Dupont? Non, on ne me dit rien." Il arrête le chrono sur la transformation, avant de le relancer.

- Le regard de Maxime Chalon: "Sur ce clip-là, qui est capable de voir si le joueur touche le ballon avec sa main ou s'il touche le bras ou la main de Dupont? Là, en regardant ce clip, je ne peux pas répondre. Si l’arbitre a un doute, un appel vidéo aurait pu 'nettoyer' cette action comme on dit dans notre jargon, pour enlever toute frustration et doute aux joueurs. Il me semble cependant qu'il tape le bras de Dupont, à vérifier comme je le dis avec quelque chose de plus précis."

Situation 7: l'autre grattage litigieux de Smith (68e)

Alors que les Boks viennent d’inscrire un essai, Kwagga Smith gratte le ballon au milieu du terrain et obtient une pénalité. Mais le flanker a clairement posé ses mains au sol avant de gratter, ce qui n’est pas permis.

Handré Pollard passera alors les trois points de la gagne. Thomas Ramos réclame un en-avant en amont.

- Ce que dit Ben O’Keeffe: "Nous n’avons pas d’en-avant lors du plaquage sur Antoine." Aucune déclaration sur le grattage mais des joueurs montrent du doigt le ralenti sur l’écran.

- Le regard de Maxime Chalon: "Il faut se référer à la situation 3 et son analyse. Le ralenti vient clairement répondre ici à toute question ou tout doute que l'on peut avoir dans clip 3. Le joueur sud-africain a sa main droite clairement au sol, alors qu'il doit clairement attaquer le ballon directement avec les deux mains pour le contester. Le contest n'était pas légal et donc la pénalité était normalement inversée."

Article original publié sur RMC Sport