Publicité

Les femmes finissent leurs vacances plus fatiguées que les hommes

Le patriarcat ne prend pas de vacances. Les inégalités dans les charges domestiques perdurent pendant l’été, ce qui crée beaucoup de stress et de fatigue chez les femmes. Une nouvelle étude démontre la réalité de la charge mentale estivale pour les femmes, mais aussi celle de la rentrée.

Les vacances ne sont pas toujours synonymes de repos, surtout pour les femmes. Selon une étude Ifop pour Bons Plans Voyage New York que nous vous révélons, réalisée auprès d’un échantillon de plus de 2 000 personnes, la charge mentale estivale et le stress de la rentrée pèsent particulièrement sur les épaules des mères de famille. En clair, 70% des femmes interrogées se disent beaucoup plus « fatiguées » que les hommes qui sont 57% à en dire autant. Le stress rentre aussi dans l’équation de ce retour à la réalité pour le moins compliqué : elles sont 53% à être plus « stressées », tandis que leurs compagnons sont 39% à être concernés. Des inégalités qui existent déjà au quotidien dans les couples hétérosexuels, mais qui perdurent pendant la pause estivale, selon l’étude.

>> Lire aussi :  « Baby-sitter, aide-ménagère... Ces métiers encore trop associés aux femmes dans l’esprit des Français »

Le repos est-il genré ? Même à des centaines de kilomètres du foyer, l’inégale répartition des tâches domestiques est toujours un fléau. De fait, les femmes ont plus de difficultés que leurs compagnons masculins à se reposer durant leurs congés, notamment dans les milieux populaires où cette charge est le plus souvent entièrement assumé par la gent féminine. Le constat est clair, 53% des femmes assument la majorité des tâches du foyer, quand 39% expliquent en faire « à peu près autant ». Sans...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi