Publicité

Euro 2024: comment le ballon connecté servira pour détecter... les fautes de main

Encore et toujours une histoire de main. Moins d’une semaine après la grosse polémique outre-Manche sur le penalty accordé au PSG contre Newcastle en Ligue des champions (1-1), la presse anglaise révèle que ce genre de situation semble peu (ou moins) probable lors de l’Euro 2024.

Si les fautes de main restent soumises à l’interprétation ou au jugement des arbitres, le ballon utilisé lors du tournoi continental en Allemagne (du 14 juin au 14 juillet) facilitera la prise de décision. Comme indiqué ce lundi par le journal The Times et présenté par l’équipementier Adidas, le ballon Fussballliebe (littéralement "amour du football" en allemand) sera doté d’une micro-puce. Véritable bijou de technologie, la balle aidera pour décider plus rapidement d’un éventuel hors-jeu et pour certaines mains durant l'Euro.

>> Toutes les infos sur l’Euro 2024

Les arbitres déjà séduits par l’innovation

À l’inverse du ballon utilisé lors du Mondial 2022, dont la technologie permettait déjà de savoir exactement quand le pied du passeur avait frappé le cuir sur une situation de hors-jeu, Fussballliebe contribuera à connaître encore plus précisément la zone du corps touchée par le ballon. Comme le souligne le quotidien britannique, cette technologie permettra de créer des images numériques pour indiquer la surface de contact aux officiels du VAR.

En particulier sur les mains offensives, pour savoir si oui ou non il y a main, cela pourrait donc entraîner l’annulation d’un but en cas de contact avéré. Toujours selon le journal The Times, les arbitres ayant assisté à la démonstration de cette technologie ont expliqué avoir été "extrêmement impressionnés" par l’efficacité du système lié à Fussballliebe.

Si rien n’est acté pour les prochaines compétitions organisées par l’UEFA, notamment en Ligue des champions en raison du surcoût pour les clubs impliqués, cette micro-puce pourrait donc bien révolutionner le prochain Euro en Allemagne. Une compétition où l’équipe de France de Didier Deschamps a hérité des Pays-Bas, de l’Autriche et d’un barragiste (celui de la voie A) lors de la phase des groupes.

Article original publié sur RMC Sport