Publicité

Ajaccio, Marseille, Montpellier... Avant la mort d'un supporteur à Nantes, un début de saison marqué par la violence

L'impression que chaque week-end charrie son lot de violence. Depuis le début de cette saison 2023/2024, les rencontres de Ligue 1 et parfois même de Ligue 2 sont régulièrement le théâtre d'incidents violents. Caillassages de bus, affrontements entre supporteurs, agressions... Retour sur les tristes épisodes de ce début de saison marqué du sceau de la violence.

· Ajaccio-Bordeaux, 21 août : violents affrontements entre supporteurs

Le match de clôture de la 3e journée de Ligue 2 entre l’AC Ajaccio et Bordeaux dégénère après une dizaine de minutes de jeu. De violentes bagarres éclatent au stade François-Coty entre des supporteurs de l’ACA et une soixantaine d’Ultramarines, pourtant interdits de déplacement en Corse après la signature d'un arrêté préfectoral daté du 18 août. Ces derniers ont utilisé normalement la billetterie de l’ACA pour se procurer des places. Ces altercations font six blessés légers parmi les fans bordelais. Deux stadiers sont touchés et une tribune est également dégradée. La rencontre a été interrompue une heure et s’est soldée par un match nul 0-0.

Sanctions de la LFP

Contre Ajaccio : retrait d’un point avec sursis au classement, fermeture pour un match ferme de la tribune Faedda du stade François-Coty, un match à huis clos du stade François-Coty.

Contre Bordeaux : fermeture pour deux matchs ferme de l’espace visiteurs à l’extérieur

· Nantes-OM, 1er septembre: une famille agressée à la Beaujoire

Venus assister au match entre le FC Nantes et l’OM au stade de la Beaujoire, un couple et leur garçon, vêtu du maillot de l’Olympique de Marseille, son équipe préférée, sont agressés par des spectateurs venus de la tribune Loire pendant le match.

"On s’est fait insulter, cracher dessus", témoigne Alicia Mahé, la maman sur BFMTV.

Quelques minutes plus tard, le père de famille qui avait tenté de s’interposer pour défendre sa famille est victime d’un premier infarctus. Il fait un deuxième malaise cardiaque dans l’ambulance qui l’amène à l’hôpital où il récupérera, son état de santé n’étant plus en danger. Face à la défaillance de la sécurité dans le stade de la Beaujoire, le FC Nantes se sépare de son nouveau directeur de la sécurité David Amaré, par ailleurs très contesté par les supporteurs.

Sanctions de la LFP

Fermeture pour un match ferme et pour un match avec sursis de la tribune Loire du stade de la Beaujoire.

· Montpellier-Clermont, 8 octobre: match arrêté après un jet de pétard sur le gardien clermontois

Dans le temps additionnel du match Montpellier-Clermont, alors que le MHSC se dirige vers une victoire 4-2, un spectateur de la tribune Étang de Thau du stade de la Mosson jette un pétard qui explose aux pieds du gardien clermontois Mory Diaw. Le portier de Clermont est évacué sur une civière. Le match est définitivement arrêté par l’arbitre et a été rejoué à huis clos le 29 novembre (1-1). L’auteur présumé du jet de pétard sera jugé le 2 mai 2024.

Sanctions de la LFP

Le match Montpellier-Clermont rejoué à huis clos, retrait de deux points, dont un avec sursis, pour le MHSC, fermeture partielle de la tribune Étang de Thau pour deux matchs ferme.

· OM-OL, 29 octobre: les cars des Lyonnais caillassés, Fabio Grosso blessé

À quelques heures du coup d’envoi de l’Olympico, les cars des joueurs de l’Olympique Lyonnais et des supporteurs sont caillassés sur le chemin menant au stade Vélodrome. Les dégâts sont très importants. Touché par des éclats de verre et une bouteille de bière utilisée comme projectile, l’entraîneur de l’OL Fabio Grosso arrive au stade le visage en sang. Il aura droit à 12 points de suture. Son adjoint est aussi blessé dans cette violente attaque. Le match finalement reporté se disputera ce mercredi soir au stade Vélodrome, sans le coach italien, remercié la semaine passée.

Sanctions de la LFP

Aucune, la commission de discipline a jugé que la responsabilité du caillassage du bus de l'OL ne pouvait pas être attribuée à l'OM, celui-ci étant survenu à l’extérieur du stade.

· Montpellier-Brest, 26 novembre: le car des supporteurs brestois attaqué

Un mois après le caillassage des cars lyonnais, c’est au tour du car transportant des supporteurs du Stade Brestois d’être attaqué. Le véhicule est la cible de jets de projectiles, dont des pavés, alors qu’il prend le chemin de l’autoroute après avoir quitté Montpellier où les Bretons se sont imposés à la Mosson (1-3). Une violente attaque qui fait deux blessés légers et de gros dégâts sur le car. Le chauffeur a porté plainte. Vendredi, moins d’une semaine après ce triste événement, le directeur général brestois ne décolérait pas.

"C’est très grave, on n’est pas loin d’une tentative de meurtre", affirme Pascal Robert.

"Un pavé bien saillant, bien coupant, a traversé la vitre du chauffeur, ça fout les jetons. Deux mètres plus bas, ça lui arrivait dans la tête. Notre rôle est d’alerter. Au moins, on aura prévenu le jour où il y aura un mort, car ça craint grave et un jour, ça finira mal." Des paroles tristement prémonitoires prononcées quelques jours avant le décès tragique du supporteur du FC Nantes.

· Nantes-Nice, 2 décembre: un supporteur de Nantes tué à l'arme blanche près de la Beaujoire

Le drame s'est déroulé ce samedi soir, quelques heures avant le coup d'envoi du match de la 14e journée de Ligue 1 entre Nantes et Nice. Un convoi de sept VTC transportant des supporteurs de Nice en direction de la Beaujoire est attaqué par des supporteurs nantais. Au cours de cette rixe, un membre de la Brigade Loire est mortellement blessé à l'arme blanche. Selon les premières indications, l'auteur présumé du coup mortel pourrait être un chauffeur VTC.

"Derrière dans mon rétroviseur, je voyais les jeunes supporteurs niçois tenir les portes qui s’ouvrent à l’envers, a témoigné l'un des chauffeurs lundi sur RMC. Mes collègues à l’arrière étaient aussi bloqués. On a réussi à s’échapper, on a prévenu des agents de police et des CRS qui sont venus en renforts, à la rescousse." Cela n'a pas été suffisant pour éviter le drame. Un chauffeur de VTC a été placé en garde à vue dimanche.

Article original publié sur RMC Sport