Publicité

"Je souffrais trop" : la chanteuse et comédienne Lorie Pester raconte son combat contre l'endométriose

Devenue une figure du combat des femmes contre l'endométriose, la chanteuse de "La Positive attitude" a publié un livre dans lequel elle confie ne pas regretter avoir "pris le risque" d'avoir subi une ablation de l'utérus il y a trois ans.

"Je revis, c'est une autre vie." Lorie Pester, chanteuse à succès dans les années 2000 devenue comédienne, a pris la parole ce vendredi 29 mars sur BFMTV pour raconter son combat contre l'endométriose.

"C'est une maladie qui nous pourrit la vie du matin jusqu’au soir", a-t-elle confié sur notre antenne.

"Je souffrais trop"

Alors qu'elle publie son livre Revivre, aux éditions Robert Laffont, Lorie Pester est l'une des célébrités qui ont contribué à mieux faire connaître cette pathologie qui touche 1,5 à 2,5 millions de Françaises, selon les estimations.

Cette maladie chronique, frappant environ une femme sur dix dans le monde, se traduit habituellement par de fortes douleurs lors des règles et/ou par des troubles de la fertilité. Aujourd'hui encore, elle est diagnostiquée, souvent par hasard, avec un retard moyen de sept ans.

D'après la chanteuse de Je serai (ta meilleure amie), son accompagnement médical n'a pas été optimal dans un premier temps. Un radiologue lui aurait parlé de "maladie à la mode" et clamé: "Vous allez pouvoir vivre avec."

C'est en prenant rendez-vous avec le Pr Horace Roman, chirurgien de l'endométriose à l'IFEMendo de Bordeaux (Gironde), qu'on lui a diagnostiqué la gravité de sa maladie. S'est alors présentée à elle une possibilité: avoir recours à l'hystérectomie, l'ablation de l'utérus. Ce qu'elle a finalement fait il y a trois ans.

"Je souffrais trop, et maintenant tout va mieux. Je ne le regrette pas du tout, même si ça a été une décision très difficile", a-t-elle assuré ce vendredi soir.

Lorie Pester, maman d'une petite fille de trois ans et demi, a alors voulu transmettre un message d'"espoir" à toutes les femmes qui souffrent, sans être entourées: "Il ne faut pas baisser les bras. Il faut tout faire pour rencontrer les bonnes personnes qui vont nous accompagner dans tout ce parcours."

Et d'affirmer: "Oui, il peut y avoir des happy end (fins heureuses, en français)."

L'arrêt menstruel rejeté au Parlement, une "surprise"

La réalisatrice du court métrage Je ne te dirai plus oui, Endy a également été invitée à réagir au rejet de la proposition de loi visant à instaurer un arrêt menstruel en Commission à l'Assemblée ce mercredi.

Un mois plus tôt, les sénateurs avaient dit "non" au texte socialiste qui prévoyait un arrêt de deux jours par mois pour les femmes aux règles incapacitantes.

Lorie Pester s'est dite "très surprise" par les choix des parlementaires. Elle leur a alors lancé "un appel". "J'aimerais vraiment pouvoir parler avec certaines personnes qui ont voté contre pour qu’elles m’expliquent", a-t-elle commenté. Avant de conclure: "Je ne comprends pas."

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Enora Malagré parle de son endométriose : "Le plus gênant dans cette maladie, c'est qu'on a l'impression de sentir le sang"