Sondages de l'Elysée: un an de prison dont six mois ferme requis contre Claude Guéant

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Claude Guéant, ex-secrétaire général de l'Elysée, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, arrive au tribunal de Paris le 2 novembre 2021 - Bertrand GUAY © 2019 AFP
Claude Guéant, ex-secrétaire général de l'Elysée, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, arrive au tribunal de Paris le 2 novembre 2021 - Bertrand GUAY © 2019 AFP

Le parquet national financier a requis ce mardi, au procès des sondages de l'Élysée, un an d'emprisonnement dont six mois ferme à l'encontre de l'ancien secrétaire général de la présidence Claude Guéant, jugé pour favoritisme et détournement de fonds publics par négligence.

Cinq anciens proches de Nicolas Sarkozy doivent s'expliquer depuis le 18 octobre à Paris sur des contrats de conseil politique et de sondages conclus sans appel d'offres entre 2007 et 2012.

À l'issue de près de trois heures de réquisitoire, les procureurs financiers ont demandé que la peine de Claude Guéant, "grand manitou de l'Élysée" au "rôle central dans les infractions", soit assortie de 10.000 euros d'amende.

876450610001_6277661792001

Un an ferme requis contre Patrick Buisson

Le ministère public a par ailleurs requis deux ans d'emprisonnement dont un an ferme et 100.000 euros d'amende contre l'ex-conseiller Patrick Buisson, ainsi que 550.000 euros d'amende contre ses deux sociétés Publifact et Publi-Opinion.

Ce dernier a "généré des profits en s'affranchissant de la règlementation en vigueur, ou pire, en détournant des fonds publics", ont estimé les magistrats.

Pour le PNF, l'ancien conseiller Pierre Giacometti, qui a "profité de la situation hors norme élyséenne pour accompagner son changement de carrière", doit être condamné à six mois d'emprisonnement avec sursis et 70.000 euros d'amende. Une peine de 250.000 euros d'amende a été demandée contre sa société No Com.

Contre celle qui a été directrice de cabinet de l'Elysée, Emmanuelle Mignon, l'accusation a requis 10.000 euros d'amende, parlant d'un "comportement délinquant" mais d'une "ambition réformatrice qui ne peut être contestée".

Une peine de 500.000 euros d'amende a en outre été requise à l'encontre de l'institut de sondages Ipsos, jugé pour recel de favoritisme.

Enfin, le ministère public a requis 5000 euros d'amende contre l'ex-conseiller technique "opinion" Julien Vaulpré, "cheville ouvrière de l'infraction de favoritisme".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles