Sexe : dans le vagin, le système immunitaire est en ébullition après la première pénétration

PEAKSTOCK / SCIENCE PHOTO LIBRAR / LDA / Science Photo Library via AFP

L'activité du système immunitaire vaginal est significativement plus forte après le premier rapport sexuel avec pénétration qu'avant, démontre une étude. D'après les chercheurs, cette simili-inflammation pourrait signer un processus de maturation normal.

Lors d'un rapport sexuel, la pénétration semble provoquer une activité immunitaire accrue dans le vagin des jeunes femmes, conclut une étude publiée dans la revue eLife. Une constatation qui ne se veut pas alarmante, les chercheurs l’interprétant comme la maturation typique de l’environnement vaginal au début de la vie sexuelle.

Les jeunes femmes sont plus à risque d’attraper une IST que les autres populations

Nous ne savons pas si ce que nous observons est un niveau d'inflammation nuisible ou s'il vaut mieux le considérer comme une simple augmentation de l'activité immunitaire”, précise le chercheur Sean Hughes, premier auteur de ces travaux. Une question importante, tant les adolescentes et les jeunes femmes "courent un risque disproportionné de contracter une infection sexuellement transmissible (IST) par rapport aux femmes plus âgées", ajoute-t-il. En Afrique subsaharienne en 2017, les jeunes femmes de moins de 24 ans représentaient une nouvelle infection au VIH sur cinq, alors qu'elles ne constituent que 10 % de la population, rapporte l’Unaid. Difficile de dire pour l’instant si cette différence est due à des comportements plus risqués ou à une différence physiologique, par exemple au niveau de l’immunité, expose Sean Hughes. “Nous avons réalisé cette étude pour déterminer comment le fait de commencer à avoir des rapports sexuels affecte le système immunitaire dans le vagin.”

Le système immunitaire plus actif après les premiers rapports

Au Kenya, où un quart des nouvelles infections concernent les 15-24 ans, 95 jeunes femmes de cette tranche d’âge ont été suivies par des prélèvements réguliers de leur environnement vaginal. “L'objectif de cette étude plus vaste était de déterminer l'ampleur de l'inflammation causée par le HSV-2 (virus de l’herpès génital, IST courante, ndlr) par rapport aux autres IST et à l'activité sexuelle en elle-même”, explique Sean Hughes. Dans chacun des 180 échantillons choisis, les chercheurs mesurent la concentration 19 molécules [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi