Publicité

"Ce serait la mort du PSG !", le gros coup de gueule de Rothen sur un possible départ du Parc

Il avait un coup de gueule à faire passer. Devant la nouvelle passe d'armes entre le PSG et la mairie de Paris concernant le dossier du Parc des Princes, Jérôme Rothen n’a pas caché son inquiétude. Depuis des mois, la situation ne cesse de se tendre entre les deux camps. Et à force de se renvoyer la balle par médias interposés, le dialogue a fini par se rompre.

"C’est trop facile de dire maintenant que le stade n’est plus à vendre. On sait ce que l’on veut, on a gâché des années à vouloir acheter le Parc. C’est fini maintenant. On veut bouger du Parc", a déclaré Nasser Al-Khelaïfi ce jeudi, au sortir du congrès de l’UEFA organisé à Paris, devant trois médias français, dont RMC Sport. Mardi, le Conseil de Paris avait voté contre une vente du Parc des Princes. Pour le dirigeant qatari, cette décision va acter un déménagement du club.

"Le PSG a l’impression d’être le pigeon"

Ce qui préoccupe grandement Jérôme Rothen. "Le PSG a l’impression d’être le pigeon, a-t-il réagi dans son émission Rothen s’enflamme. Depuis qu’il a racheté le club, le club a rénové le Parc des Princes. La mairie n’avait pas les moyens de l’entretenir et je sais de quoi je parle. A mon époque, on réclamait des vestiaires, un parking et une pelouse dignes de ce nom. La mairie de Paris me fait rire. Qu’ils arrêtent de nous mentir ! Je n’imagine même pas que le PSG quitte le Parc des Princes. Je ne peux pas l’imaginer ! Si Nasser (Al-Khelaïfi) ose le faire, et pourtant je l’ai défendu, pour moi c’est la mort du Paris Saint-Germain. Il fera un autre club mais pour moi c’est la mort du PSG."

Et d’ajouter : "Tout ça est la faute de la mairie, qui dit tout et son contraire. Aujourd’hui, ils ne veulent pas vendre. Ces gens à la mairie se disent Parisiens mais ne sont pas Parisiens ! C’est un frein de ne pas avoir son stade. Tous les clubs européens ont leur stade. Il faut se mettre autour d’une table. J’espère que Nasser Al-Khelaïfi ne pense pas construire un stade."

Article original publié sur RMC Sport