Sept à huit - "Vive la France", "On est où là sérieux ?", "C'est criminel" : face à ce violeur, la police accusée d'inaction

Sur Twitter, les internautes scandalisés par l'inaction de la police et des autorités locales face à un violeur en série.
Sur Twitter, les internautes scandalisés par l'inaction de la police et des autorités locales face à un violeur en série.

Ce dimanche 5 juin, Sept à Huit diffuse un reportage sur Dino Scala, un violeur en série arrêté en 2018 en Belgique. Après avoir sévi pendant près de 30 ans, il sera finalement jugé ce mois-ci. L'occasion de revenir sur l'histoire et sur les témoignages des victimes qui dénoncent une inaction de la police pendant toutes ces années. Les internautes n'ont pas hésité à montrer leur choc face à cette situation.

30 ans, 56 victimes présumées. Dino Scala est sûrement le plus grand violeur en série français connu à ce jour. Dans Sept à Huit, ce dimanche 5 juin, est diffusé un reportage sur ces longues années de souffrance pour les victimes, mais aussi sur l'inaction de la police et des autorités. En effet, Dino Scala aurait agressé et violé pendant 30 ans dans un rayon de 15 kilomètres entre le nord de la France et la Belgique, sans laisser paraître quoi que ce soit. Un ancien collègue confirme : "Personne ne pouvait imaginer que c'était lui."

Vidéo. La minute de Harry Roselmack

Père de famille, marié, l'homme s'adonne pourtant à une traque de ses victimes. Souvent, ses passages à l'actes se ressemblent : suivre une femme, l'agresser dans la pénombre, la violer sans qu'elle ne voit son visage. En 2018, il commet un viol sur une lycéenne qui se rendait en cours. Elle porte plainte et les policiers repèrent sa voiture sur les caméras de surveillance. Il est finalement arrêté deux semaines plus tard.

Une inaction de la part des autorités ?

Mais comment a t-il pu sévir pendant 30 ans sans être inquiété ? Mélanie, victime de Dino Scala, a dressé un portrait-robot de son agresseur, très ressemblant. Les policiers décident de ne jamais le diffuser, pour éviter la fuite du coupable, selon eux. Mais pour Mélanie, ce n'est pas logique : "Il y a eu je ne sais pas combien de victimes derrière moi." Pour elle, il y a eu un loupé dans l'histoire.

Une autre femme est réduite au silence alors qu'elle se bat pour que ces viols à répétition soient pris au sérieux, Annick Mattighello, ancienne maire de Louvroil. Mais le sous-préfet lui demande de ne pas faire de vagues. Il lui dit : "Les viols, ce n'est pas important, il n'y a pas mort d'homme." Selon elle, un maire aurait également dit à une victime de se taire "pour l'image du territoire et pour l'immobilier." Sur Twitter, les téléspectateurs sont choqués par cette histoire et sont dans l'incompréhension face à l'inaction dénoncée.

Vidéo. Ce contenu pourrait vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles