Sept à huit - "Le courage à l'état pur", "Les larmes aux yeux", "Images insoutenables" : les twittos très émus par un reportage sur la révolte des Iraniennes

Capture écran TF1 direct/Sept à huit
Capture écran TF1 direct/Sept à huit

Ce dimanche 9 octobre 2022, Sept à huit a ému les internautes avec un reportage sur les révoltes contre l'oppression des Iraniennes. Les twittos ont été nombreux à saluer le courage de ces femmes, prêtes à risquer leur vie pour la liberté. À côté de ces images fortes, un autre sujet sur un couple de tiktokeurs suisses leur a semblé bien creux...

Comme tous les dimanches, les téléspectateurs de TF1 pouvaient retrouver leur magazine d'info Sept à Huit. Ce 9 octobre 2022, l'émission présentée par Harry Roselmack proposait notamment un reportage sur un couple de tiktokeurs suisses aux 20 millions d'abonnés. Nicolas et Daniela cumulent 5 milliards de vue sur Tiktok, et n'hésitent pas pour ce faire à partager les moments les plus intimes de leurs vies, de la demande en mariage dans le désert de Dubaï, aux premiers cris de leur fils en salle d'accouchement : ainsi Nicolas apprend en même temps que ses abonnés qu'il va être papa. Entre sketches potaches façon "Un gars, une fille", projet de sitcom et propositions de partenariats juteux par des marques, le reportage a plongé les téléspectateurs dans le quotidien très exposé et un peu "surfait" (selon les twittos), de ce couple d'influenceurs stars. Difficile donc de négocier le virage avec le sujet qui suivait : la révolte des femmes en Iran. D'autant plus que le reportage, particulièrement dur, a provoqué une puissante vague d'émotions sur Twitter. Et pour cause...

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Depuis la mort de Mahsa Amini le 16 septembre, qui aurait été torturée par la police des mœurs pour ne pas avoir assez couvert ses cheveux, les Iraniennes (et Iraniens, comme montré dans le document), sont de plus en plus nombreuses à se rebeller contre le régime actuel. Le reportage a notamment suivi une trentenaire, rebaptisée Roya afin de ne pas être reconnue, qui participe aux manifestations. Pour sortir faire les courses tête nue dans les rues de Téhéran, cette jeune femme risque des coups de fouet et des mois de prison. Mais cela ne l'empêche pas de braver les dangers. Suivie par les caméras de Sept à huit, Roya s'est rendue dans un supermarché, dans lequel elle a croisé deux femmes non voilées comme elle. "Le courage se transmet, tu deviens courageuse comme une lionne et tu te dis 'je ne suis pas seule'", s'est-elle alors réjoui.

"Énorme respect pour ces femmes qui se battent"

Son appartement est devenu un véritable QG de manifestants, au sein duquel ses soutiens défilent avec des bonnes et des mauvaises nouvelles. Comme celle de l'arrestation d'un de leurs amis... Difficile pour eux d'obtenir des informations fiables : internet est coupé par le pouvoir entre 16h et minuit, heures des manifestations. En allant protester dans la rue, Roya et ses amis prennent donc tous les risques. La répression aurait d'ailleurs déjà fait 185 morts. Des scènes très choquantes du reportage ont ainsi montré un Iranien abattu dans sa voiture pour avoir exprimé son soutien aux manifestants en klaxonnant.

Le 20 septembre dernier, Nika Shakarami, 16 ans, disparaît lors d'une manifestation. Son cadavre est retrouvé dix jours plus tard. Lors d'une interview à un média étranger, sa mère raconte que sa fille a été frappée, son crâne enfoncé. De son côté, le cousin d'une autre victime de la répression Mahsa Amini, a accordé une interview via internet aux équipes de Sept à huit. Il évoque une pression de la part du régime depuis la mort de sa cousine : "Ils veulent que notre famille dise que Mahsa avait une maladie depuis l'enfance, mais c'est faux".

Le reportage est ensuite revenu sur les actions de Roya. Se méfiant des miliciens en civil, qui tirent sur ceux qui filment ouvertement les manifestations, la trentenaire a eu une idée : cacher son téléphone dans une boîte à mouchoirs posée sur le tableau de bord de sa voiture. À ses risques et périls... Sur Twitter, le courage des Iraniennes qui mettent leur vie en danger pour retrouver leur liberté, a beaucoup impressionné. Et beaucoup de téléspectateurs ont tenu à leur apporter virtuellement leur soutien.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Vidéo. Découvrez le portrait d'Harry Roselmack