Publicité

Une semaine après France-Angleterre, Le Garrec aide le Racing à y voir plus clair

A l’heure de jeu, menant 20 à 9 et cherchant un troisième essai synonyme de bonus offensif, on pensait le Racing 92 à l’abri à Castres, quasiment avec une marge. "Une marge je ne suis pas trop d’accord, ici on connaît la ferveur ça peut aller vite!", constatait Nolann Le Garrec. Effectivement, non seulement son équipe loupait le coche pour inscrire ce troisième essai qui aurait tué le match, mais après une litanie de cartons jaunes (quatre pour Chat, Laclayat, Kollingar et Naituvi), les Racingmen ont encaissé deux essais, de pénalité et de Fernandez, et auraient pu perdre le match, menés à ce moment-là 21-20.

Mais une ultime pénalité a été sifflée par l’arbitre Tual Trainini et, de quarante mètres face aux perches, Le Garrec a retenu son souffle: "C’est mon boulot j’ai fait le vide", a-t-il expliqué ensuite. Une semaine après la fête vécue avec les Bleus face à l’Angleterre, il est vite revenu au quotidien du Top 14, dans un club qui a douloureusement traversé la période de doublons (une victoire en six matchs, quatre points au classement, pire équipe sur cette épisode). "Il ne faut pas traîner, mais heureusement on a fini sur une note positive avec les Bleus."

"Il apporte à la fois son insouciance et sa maturité"

Le Garrec a fait son job, a beaucoup distribué et a aussi pesé sur le jeu au pied. Il inscrit par ailleurs 13 points, à 4/5 dans ses tentatives face aux perches. "C’est sûr que ses deux derniers matchs lui ont fait beaucoup de bien", explique Dimitri Szarszewski, l’entraîneur adjoint du Racing 92. "C’est un peu bizarre à dire mais il apporte à la fois son insouciance et sa maturité, il est capable de coller au ballon. Il plaque, il bute et son jeu au pied précieux", abonde l’ancien talonneur. Qui se réjouit de son retour, mais aussi de tous les internationaux.

"Nolann est un joueur important dans l’équipe, mais tout comme Gael (Fickou) et Will (Rowlands). Ils avaient aussi envie de retrouver la victoire. J’ajoute Cameron Woki, qui n’était pas des deux derniers matchs en bleu mais qui a fait une grosse prestation ce soir. J’espère que les voyants sont enfin au vert pour nous." Car il ne faut pas oublier qu’avant le Tournoi des VI Nations, le Racing 92 était leader du Top 14. Avant le match de La Rochelle, il remonte sur le podium (troisième avec 48 points). Mais il regarde à nouveau vers le haut.

Article original publié sur RMC Sport