Secret de la confession: "rien n'est plus fort que les lois de la République", répond Attal

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, à l'Elysée, le 5 mai 2021 - Anne-Christine POUJOULAT © 2019 AFP
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, à l'Elysée, le 5 mai 2021 - Anne-Christine POUJOULAT © 2019 AFP

Quelques minutes après l'annonce de la convocation par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin de Mgr de Moulins-Beaufort, le président de la Conférence des évêques de France, après ses propos polémiques liés au secret de la confession, Gabriel Attal s'est exprimé sur le sujet.

Lors de son point presse d'après-Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a insisté sur le fait qu'"il n'y a rien de plus fort que les lois de la République."

"La réaction à ces propos, elle est très claire, il n'y a rien de plus fort que les lois de la République dans notre pays, ça tient en une phrase, et c'est très clair", a souligné Gabriel Attal.

"Le président de la République a demandé au ministre de l'Intérieur de recevoir le président de la Conférence des évêques de France pour que les choses soient claires", a-t-il ajouté.

Mercredi, au lendemain de la présentation du rapport Sauvé sur les abus sexuels dans l'Église, Mgr de Moulins-Beaufort, interrogé à ce sujet sur Franceinfo, avait assuré que le secret de la confession est "plus fort que les lois de la République".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles