Publicité

Russie : l'armée affirme avoir abattu 35 drones ukrainiens au dernier jour de la présidentielle

Les attaques de drones contre les raffineries et des sites énergétiques se sont multipliées cette semaine en Russie, où se déroule le scrutin présidentiel qui devrait déboucher sur la réélection attendue de Vladimir Poutine.

L'armée russe a affirmé ce dimanche 17 mars avoir abattu dans la nuit 35 drones ukrainiens volant au-dessus de plusieurs régions de la Russie, dont celle de Moscou, au dernier jour de l'élection présidentielle vouée à réélire triomphalement Vladimir Poutine.

"Les systèmes de défense aérienne ont intercepté et détruit 35 drones au-dessus des territoires" des régions de Moscou, Belgorod, Kalouga, Oriol, Rostov, Iaroslavl, Koursk et Krasnodar, a déclaré le ministère de la Défense, les attaques ukrainiennes s'étant multipliées dans les derniers jours.

Attaques de raffineries

Une nouvelle attaque de drones, imputée à l'Ukraine, a provoqué l'incendie d'une raffinerie dans le sud de la Russie, ont indiqué ce dimanche matin les autorités régionales de Krasnodar, faisant état d'un mort après une crise cardiaque présumée.

"L'incendie sur le territoire de la raffinerie de pétrole de Slaviansk est maintenant complètement éteint", a indiqué le quartier général opérationnel de la région de Krasnodar sur Telegram.

Les attaques de drones contre les raffineries et des sites énergétiques se sont multipliées cette semaine en Russie. Ce samedi, une raffinerie a été incendiée à Samara, à quelque 1.000 km de la frontière ukrainienne, après des attaques de drones.

Poutine veut "punir" les responsables

Une raffinerie de pétrole a aussi été visée par un drone mercredi à Riazan, à environ 200 km au sud-est de Moscou, faisant des blessés. Mardi une autre raffinerie avait été visée dans la région de Nijni Novgorod, à 800 km de la frontière avec l'Ukraine et un incendie s'est déclaré le même jour dans un complexe de carburant dans la région d'Oriol, à environ 160 km de la frontière ukrainienne.

Par ailleurs, à Belgorod samedi, une ville russe très proche de l'Ukraine et souvent prise pour cible, deux personnes sont mortes dans des frappes. Vendredi, Vladimir Poutine avait juré que les attaques ukrainiennes sur le territoire russe ne resteraient pas "impunies".

Article original publié sur BFMTV.com