Route du Rhum – Alan Roura : « La vie à bord c’est avant tout un grand manque de confort »

© Alan Roura / Hublot

CHRONIQUE PARIS MATCH #4
Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2022
Samedi 19 novembre - Jour 10

Attendre le levé du soleil, regarder le bateau rentrer dans les vagues par le hublot du cockpit. Entendre le craquement des pièces mécaniques, le sifflement des foils et des safrans qui fendent la mer. Un concert rien que pour moi.

La vie à bord n’est pas seulement de faire avancer le bateau a 100% mais aussi d’avoir le marin a 100%. Ça, c’est presque le plus compliqué. Pour dormir ou se reposer, il faut essayer de s’allonger dans le siège de veille, le corps complètement contracté, pour anticiper les chocs et les mouvements du bateau. Le réveil qui, on peut le dire, envoie bien du gros « bip bip bip », façon camion de pompier, s’efface derrière le bruit constant du bateau. On dit que les marins deviennent sourds avec le temps et je le confirme !

Pour manger, il faut trouver le bon moment pour réussir à prendre une cuillère sans se casser une dent dans un saut de vague du bateau. Idem pour boire!

La vie à bord c’est avant tout un grand manque de confort : pas de toilette, pas de douche, juste une coque vide pour aller vite.

Dans une journée type finalement on n’a pas beaucoup de temps pour juste ne rien faire. Il faut donc bien gérer son temps, ses priorités et son repos.

Plus les jour...


Lire la suite sur ParisMatch