Rixes: Darmanin annonce le déploiement d''une "centaine de policiers et de gendarmes" dans l'Essonne

Clément Boutin
·2 min de lecture

Gérald Darmanin a annoncé le déploiement d'une centaine de forces de l'ordre supplémentaires dans l'Essonne dès mardi soir, après la mort de deux adolescents lors de rixes en 24 heures.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé ce mardi soir, depuis la ville de Dourdan dans l'Essonne, qu'une "centaine de policiers et de gendarmes supplémentaires" allaient être déployés dans le département dès ce mardi soir, après la mort, en l'espace de 24 heures, de deux adolescents lors de rixes. Une "soixantaine" de ces effectifs sera envoyé à Saint-Chéron et une "trentaine" à Boussy-Saint-Antoine, a précisé le locataire de la place Beauvau.

En augmentant les effectifs des forces de l'ordre, le gouvernement souhaite "éviter un deuxième drame", "que les choses puissent s’apaiser, qu’il ne puisse pas y avoir de répliques ou de confrontations nouvelles" et "préparer la rentrée scolaire dans la plus grande sécurité", a expliqué Gérald Darmanin.

Il va réunir, avec Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, les préfets d'Ile-de-France en fin de semaine "car les phénomènes de rixes entre bandes se multiplient surtout" dans la région, a-t-il indiqué. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, cités par Gérald Darmanin, il y a en France 74 bandes d'adolescents et de jeunes adultes, dont 70 se trouvent en Île-de-France.

"Le rôle parental est important"

Il s'agit d'un "défi de sécurité", a assuré le ministre de l'Intérieur, soulignant "vouloir éviter l'année terrible de 2016 où il y avait eu 9 décès de jeunes dans des confrontations de bandes".

"Avec l’autorité de l’Etat et des collectivités, le rôle parental est important. Quand on a des jeunes de 13 ou 14 ans, qui ont déjà parfois connus des méfaits avec la police et la gendarmerie, c’est l’autorité des parents qu’il faut remettre en avant", a affirmé Gérald Darmanin.

Ce dernier a également pointé du doigt le rôle des réseaux sociaux "qui contribuent aux confrontations et à la montée de violence".

Dans la nuit de lundi à mardi, une adolescente de 14 est morte après avoir été poignardée au ventre lors d'une bagarre entre bandes rivales à Saint-Chéron. Ce mardi, un adolescent de 14 ans est mort après une rixe impliquant une soixantaine de personnes à Boussy-Saint-Antoine.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :