Richard Bohringer : « La drogue a le visage d’une princesse »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Richard Bohringer sur le plateau de « Tout le monde en parle ».  - Credit:INA ArdiTube
Richard Bohringer sur le plateau de « Tout le monde en parle ». - Credit:INA ArdiTube

Richard Bohringer est une figure familière de la culture populaire française. Au cinéma, à la télévision, sa voix rauque, sa gueule cassée, ses coups de sang et sa fragilité ont marqué les esprits. Être à part du cinéma français, il est le dernier survivant des « marginaux » : Léotard, Dewaere, Gainsbourg s'en sont allés. En 2004, il était l'invité de Thierry Ardisson dans Tout le monde en parleémission disponible sur la chaîne INA ArdiTube – pour évoquer ses démons passés.

Tout commence à 14 ans à Deuil-la-Barre dans le Val-d'Oise. L'adolescent boit sa première goutte d'alcool sous l'impulsion de M. Albert, un vendeur de vêtements. « Il m'a dit : “Mon petit gars, tout le monde te marche sur les pieds, bois une bière, tu verras tout le monde va s'excuser.” J'en ai bu deux et je lui ai dit : “Pourquoi tu me marches sur les pieds ?” », rigole l'acteur d'Une époque formidable. Bohringer va y prendre goût et va même s'essayer à d'autres substances interdites. En 1967, il fait une overdose d'héroïne. Le soignant n'arrive pas à le réanimer. Il est déclaré mort. « Mon certificat de décès est mon seul diplôme », ironise-t-il. Il reviendra à la vie, mais replonge. « J'en ai refait une dix jours après. […] La drogue a le visage d'une princesse, mais c'est pire que le diable », ajoute l'auteur de C'est beau une ville la nuit. Grand amoureux de l'Afrique, il a obtenu la nationalité sénégalaise.

Richard Bohringer, qui a connu de nombreux problèmes de santé, revient ég [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles