Retour à la gravité pour Thomas Pesquet et début des examens médicaux

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

De retour sur Terre ce mardi 9 novembre 2021, l'astronaute Thomas Pesquet va passer ces trois prochaines semaines à Cologne, pour réapprendre à vivre avec la gravité terrestre. Il subira également un grand nombre d'examens médicaux, qui fourniront des données essentielles afin de comprendre comment les séjours de longue durée dans l'espace affectent la physiologie humaine. Essentiel en vue du voyage vers Mars.

Premier astronaute européen à voyager à bord d’un véhicule commercial, Thomas Pesquet a atterri dans la soirée à Cologne, vers 21h30. L’équipe de médecine spatiale du Centre européen des astronautes l'a immédiatement pris en charge au sein d’Envihab, une structure de réhabilitation des astronautes installée dans la périphérie verdoyante de Cologne. C'est là que le Français va passer ces trois prochaines semaines pour se réadapter à la gravité terrestre.

"Des élastiques accrochés aux bras"

En 2017, au retour de sa première mission de six mois dans la station spatiale internationale, Thomas Pesquet avait expliqué combien cela avait été difficile de retrouver la gravité. "Au début, avait-il raconté, j’ai eu du mal à parler. Quand j’ai commencé à parler, j’avais la bouche pâteuse. C’est juste les muscles de la mâchoire qui devait réapprendre à travailler avec la gravité. Dans les premières heures, chaque mouvement coûte. J'avais l'impression d'avoir des élastiques accrochés aux bras, que je devais tirer pour lever les bras. C'est cela la gravité au final : l'équivalent d'un gros élastique qui retient tout au sol".

Pesquet racontait ensuite son quotidien à Cologne : "Les journées s’enchaînent rapidement. J’ai des examens médicaux réguliers, pour vérifier que je récupère la vision, la masse musculaire, la masse osseuse. Ensuite je suis le cobaye d’expériences scientifiques destinées notamment à comprendre comment l’apesanteur modifie la physiologie humaine. J’ai ainsi passé un IRM s’intéressant à mes performances cognitives post-vol. Je finis ma journée par deux heures de sport pour récupérer la masse musculaire et mes capacités cardiaques (…). J’ai encore l’impression de peser une tonne en courant sur le tapis. La salle de sport du Centre européen des astronautes est cependant équipée d'un tapis roulant... anti-gravité ! Un compartiment étanche se remplit d’air en quelques secondes jusqu’à la taille et permet de réduire sensiblement le poids du corps par pression. Ce n’e[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles