Publicité

"On reste dans l'incompréhension": une marche blanche organisée pour l'homme tué à coups de batte de baseball

Environ "1.000 personnes" ont rendu hommage ce samedi 2 mars lors d'une marche blanche à Saint-Thurial (Ille-et-Vilaine) à un homme tué fin février à coups de batte de baseball, a déclaré à l'AFP David Moizan, le maire de cette petite ville au sud-ouest de Rennes.

Dans le silence et le recueillement, "les participants à la marche blanche ont déposé une rose blanche là où Anthony Boulier a été tué", a-t-il raconté.

Dans la nuit du 24 au 25 février, l'homme, âgé de 30 ans, revenait d'une soirée avec un ami en camionnette. En passant près du domicile de deux frères avec qui il avait un différend, il a klaxonné, selon le parquet de Rennes.

Jusqu'à 30 ans de réclusion

L'un des deux frères, âgé de 50 ans, a dit avoir entendu les coups de klaxons et pris son véhicule dans le but de rattraper la camionnette, selon la même source.

Il avait ensuite frappé à plusieurs reprises le jeune homme avec une batte de baseball, des coups qui ont entraîné sa mort, d'après les résultats d'une autopsie communiqués par le parquet de Rennes.

Mis en examen pour "meurtre" et "violences avec arme et en réunion", les deux frères ont été placés en détention provisoire mardi soir. Ils encourent une peine de 30 années de réclusion criminelle, selon le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc.

"On reste dans l'incompréhension d'une telle violence"

"Environ 1.000 personnes" se sont réunies samedi près du lieu du drame, portant des tee-shirts blancs et des pancartes où le visage souriant du jeune homme était imprimé en noir et blanc, a dit le maire de Saint-Thurial.

"C'était un jeune père, qui allait devenir à nouveau papa, c'était quelqu'un de très investi dans la vie communale de Saint-Péran", proche de Saint-Thurial, "où il était membre de l'Association de chasse", a-t-il rappelé.

"Une semaine après cet assassinat, on reste dans l'incompréhension d'une telle violence", a confié l'élu, qui regrette ne pas avoir eu "plus de moyens en amont du drame pour l'éviter". "On savait qu'il y avait un problème avec eux", a-t-il dit, désignant les deux frères.

Article original publié sur BFMTV.com