Publicité

Coups de klaxons, problèmes de voisinage... Ce que l'on sait sur la mort d'un homme à coups de batte de baseball près de Rennes

Anthony B., 30 ans, a été tué dans la nuit de samedi à dimanche 25 février, près de Rennes, lors d'une agression à coups de batte de baseball. L'ami avec qui il passait la soirée a lui été blessé. Deux suspects ont été interpellés et placés en détention.

• Des coups de klaxon à l'origine du drame

Le samedi 24 février, deux amis passent la soirée ensemble. Selon Ouest-France, ils se retrouvent notamment pour "parler chasse" autour de quelques verres d'alcool. Anthony B. "a appelé son fils dans la soirée pour lui dire bonne nuit. Il a dit à son fils: 'À demain, je t'aime', sauf qu'il n'y a pas eu de demain", raconte son épouse auprès de Actu Rennes.

Un peu avant minuit, les deux amis prennent la route à bord de la camionnette d'Anthony B. Ce dernier klaxonne à plusieurs reprises en passant devant un terrain de Saint-Thurial où habitent deux frères, et poursuit son chemin.

Ce sont ces coups de klaxon qui seraient à l’origine du drame. Selon le récit du frère aîné, il serait monté dans sa voiture pour rattraper la camionnette avant de lui barrer la route. C'est là qu'il serait sorti de son véhicule avec une batte de baseball pour frapper les deux amis. Anthony B. est tué. Son autopsie révélera "plusieurs fractures ou plaies au niveau de la face et du crâne".

L'ami d'Anthony B., blessé mais dont les jours ne sont pas en danger, raconte lui qu'il y avait deux agresseurs: l'un donnant des coups de poing, l'autre des coups de batte de baseball. Alors que les deux hommes prennent la fuite, il s'est rendu chez des voisins pour demander de l'aide.

• Un contexte de tension de voisinage

L'homme, qui a reconnu l'agression, a affirmé avoir pris sa voiture après avoir entendu "des coups de klaxon à plusieurs reprises, comme très souvent depuis des années", a détaillé le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc.

Les deux frères et principaux suspects seraient impliqués dans plusieurs procédures contre des habitants des environs depuis plusieurs années. Ils se plaignent des nuisances sonores qu'ils subissent, et avaient été mis en cause en 2019 pour violences avec arme en réponse à ces nuisances. Ils ont fait appel de cette décision, rapporte Ouest-France.

L'ami d'Anthony B. qui l'accompagnait le soir du drame a expliqué que la victime avait eu une altercation avec les deux frères quinze jours auparavant. Ces derniers lui avaient reproché de s'être garé sur un parking, non loin de leur terrain, et que depuis, Anthony B. "en avait un peu après eux", rapporte le procureur. Une altercation dont la compagne d'Anthony B., n'avait pas eu écho, selon son récit.

Le soir des faits, la victime survivante a reconnu que son ami avait klaxonné près de chez eux, et qu'il avait tenté de l'en dissuader.

• La victime attendait un second enfant

Anthony B. était âgé de 30 ans et travaillait en tant qu'ouvrier dans le bâtiment. Il était marié, père d'un enfant, et attendait l'arrivée d'un deuxième. Il était bien connu dans la région car il chassait à Saint-Thurial et était investi dans la vie associative du coin.

"C’était un jeune super doué, sérieux, quelqu'un sur qui on pouvait compter. Toujours prêt à donner un coup de main", confie à Ouest-France Bruno Merel, président du comité des fêtes d'une commune alentour. "C’était un bricoleur de génie. Si on avait besoin de l’aide du comité, il répondait présent", ajoute Isabelle Goven, la maire de Saint-Péran.

"Il était timide, très réservé. Il ne se confiait pas. Mais, il avait la joie de vivre. Il avait le cœur sur la main, toujours là pour aider les autres", raconte de son côté sa femme, qui doit accoucher de leur second enfant au mois de mars.

"Anthony était mon fils unique, je l’ai élevé seule. J’ai fait ce que j’ai pu pour lui. C’était un gentil garçon. Timide, réservé, mais serviable", raconte sa mère au micro de RMC.

Un hommage sera rendu à Anthony B. ce samedi 2 mars à Saint-Thurial. Une marche blanche est également organisée.

• Deux frères, principaux suspects

Au lendemain du meurtre, un dispositif est mis en place, avec l'appui du GIGN, et les deux frères ont été interpellés à leur domicile puis placés en garde à vue, a indiqué le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc.

"Les agresseurs sont deux frères, ils avaient déjà eu des altercations avec d'autres personnes mais c'était resté au niveau verbal", a-t-il précisé.

Ils vivent dans une caravane et un cabanon, installés sur un terrain appartenant à leur père depuis 2018. Sur place, les enquêteurs ont saisi le véhicule utilisé le soir du drame ainsi que la batte de baseball.

Le plus jeune, né en 1986, est chauffeur routier et l'aîné, né en 1974, est sans profession, selon Ouest-France.

Selon les témoignages recueillis par le quotidien, des locaux décrivent leur comportement "irascible, leur ton agressif et un contexte de tensions dans le voisinage". De leur côté, les deux frères se plaignaient de dégradations et de nuisances sonores intempestives, "des gens s'amusaient à klaxonner devant chez eux".

• Une information judiciaire ouverte

Lors de sa garde à vue, l’aîné, déjà condamné en 2012 et 2016 pour des infractions routières, a reconnu avoir donné des coups de poing et de batte de baseball aux deux occupants de la voiture.

Il a toutefois mis hors de cause son frère, disant qu'il "était alcoolisé ce soir-là". Lors de son audition, il a aussi exprimé "de la peine pour la famille" de la victime. Le plus jeune frère a, quant à lui, gardé le silence et ne s'est pas exprimé sur les faits.

Une information judiciaire criminelle a été ouverte sous les qualifications de meurtre et violences avec ITT supérieure à huit jours avec arme et en réunion, passibles d'une peine de trente années de réclusion criminelle. Les deux hommes ont été mis en examen pour meurtre et violences avec arme, et placés en détention provisoire.

Article original publié sur BFMTV.com