Représailles. La Russie sanctionne plusieurs hauts responsables européens

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Pour protester contre les sanctions infligées en mars dernier par l’Union européenne (UE), la Russie a mis sur sa liste noire plusieurs hauts responsables de l’UE, vendredi 30 avril, dont le président du Parlement européen. Une décision “inacceptable», selon les 27.

Œil pour œil, dent pour dent. Le ministère russe des Affaires étrangères a décidé vendredi de sanctionner huit responsables européens – en leur interdisant notamment l’accès au territoire russe – en guise de représailles contre les mesures similaires adoptées par l’UE en mars à l’encontre de hauts dirigeants russes.

“Le ministère a souligné que Bruxelles avait ignoré les propositions de Moscou visant à résoudre les problèmes actuels par le dialogue”, assure l’agence Tass. “L’UE poursuit sa politique de sanctions unilatérales et illégitimes contre des citoyens et organisations russes”, a justifié le ministère.

Le site russe indépendant Meduza rappelle que les premières sanctions de l’UE à contre des responsables russes avaient été imposées le 2 mars, “en réponse à l’empoisonnement de l’opposant politique Alexeï Navalny”. Une deuxième salve avait été annoncée le 22 mars, contre des responsables de la république russe de Tchétchénie “pour leur implication dans la répression de militants LGBTQ et les assassinats” d’opposants politiques.

Parmi les responsables européens sanctionnés, figurent le président du Parlement européen David Sassoli, la vice-présidente tchèque de la Commission européenne Vera Jourova, le procureur allemand Jörg Raupach et le député français Jacques Maire, rapporteur spécial sur l’empoisonnement de Navalny auprès du Conseil de l’Europe.

“La Russie n’a donné aucune explication sur le choix des personnes visées”, remarque la Deutsche Welle, mais la figure d’Alexeï Navalny

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :