Refonder l'école: Macron annonce le lancement de concertations dans chaque établissement dès octobre

Emmanuel Macron à Outarville, dans le Loiret, le 9 septembre 2022.  - Teresa SUAREZ / POOL / AFP
Emmanuel Macron à Outarville, dans le Loiret, le 9 septembre 2022. - Teresa SUAREZ / POOL / AFP

L'idée est de mettre la "mission et les métiers" des personnels de l'Education nationale "au cœur de la vie de la Nation". Pour ce faire, l'Elysée mise sur une mesure-phare: conférer une plus grande autonomie aux établissements scolaires afin de définir leur projet pédagogique.

Dans une lettre adressée ce vendredi aux personnels de l'Education nationale, Emmanuel Macron a fixé un premier horizon pour atteindre ce but. Il a ainsi annoncé le lancement de concertations dans "chaque école, chaque collège, chaque lycée" dès le mois d'octobre.

Tour de table

Le président de la République s'engage ainsi: "Dès le mois d’octobre, nous lancerons partout en France ce chantier de la refondation de l’école en proposant à chaque école, chaque collège, chaque lycée qui le souhaite de bâtir un projet qui lui est propre en mettant tout le monde autour de la table".

Il précise d'ailleurs le tour de table, invitant "les chefs d’établissements, les directeurs d’écoles, les enseignants et toute la communauté éducative, les parents d’élèves, les élèves, les partenaires associatifs ou économiques, et les élus des collectivités territoriales" à y siéger.

Il ne s'agit pas, toutefois, de disloquer les programmes, qui demeureront nationaux. "Il revient bien sûr à l’échelon national de fixer les objectifs des programmes, c’est-à-dire les savoirs à transmettre et leurs finalités", expose ainsi Emmanuel Macron.

Assurant promouvoir une "liberté pédagogique" nouvelle, le chef de l'État enchaîne: "Mais il appartiendra désormais au niveau local de choisir les moyens de cette transmission, à travers des méthodes et des projets idoines."

Des promesses sonnantes et trébuchantes

Il confirme de surcroît que lesdits "projets idoines" seront financés à hauteur de 500 millions d'euros par un fonds d'innovation pédagogique. Le ministère pilotera ces expériences.

"Vous serez aussi accompagnés par votre rectorat qui mettra toute son expertise à votre service pour échanger sur vos idées et vous aider à les mettre en œuvre. L’administration centrale disposera quant à elle d’une équipe dédiée qui pourra mutualiser les bonnes pratiques en les faisant connaître au niveau national, sans pour autant les ériger en nouveaux modèles imposés", pointe à ce propos le chef de l'Etat.

Au rayon des preuves d'amour censées redonner aux enseignants du cœur à l'ouvrage, Emmanuel Macron rappelle sa volonté de revaloriser les professeurs: "Le salaire des enseignants aura ainsi augmenté d’environ 10% et aucun professeur ne débutera sa carrière à moins de 2 000 euros nets à compter de la rentrée 2023".

"Tous les enseignants qui le souhaitent pourront en effet s'engager dans des missions supplémentaires, par exemple du remplacement, du suivi individualisé, de l’accompagnement à l’orientation ou à l’insertion professionnelle ou des tâches de coordination. Ce travail, que beaucoup d’entre vous accomplissent déjà, sera désormais reconnu et rémunéré. L’augmentation du salaire des enseignants qui accepteront ce pacte pourra ainsi aller jusqu’à 20%", ajoute-t-il.

Rappels

Car en-dehors du rendez-vous d'octobre, le texte d'Emmanuel Macron vise avant tout à réitérer le dispositif dévoilé le 25 août dernier, devant les recteurs rassemblés à la Sorbonne, pour "refonder l'école".

Et les mesures envisagées ne concernent pas que les seuls professeurs. Se tournant en direction des élèves, Emmanuel Macron égrène dans sa lettre ses intentions quant à leurs classes. "En élémentaire, nous continuerons à mettre l’accent sur les apprentissages fondamentaux et nous généraliserons la pratique quotidienne du sport", pose-t-il.

Il a aussi ses projets pour le secondaire, à commencer par le collège: "Nous organiserons en 6e une liaison plus efficace avec le premier degré pour que chacun se sente mieux accompagné dans cette transition importante".

"Nous créerons aussi, à partir de la 5e, une 'demi-journée Avenir' hebdomadaire qui éveillera des vocations et améliorera leur orientation", prolonge Emmanuel Macron.

Enfin après avoir évoqué l'extension du Pass culture aux collégiens dès la 6e, il a redit son vœu de "renforcer la lutte contre le harcèlement scolaire qui fait tant de mal à nos enfants et qui bien souvent les met en échec". Quant aux lycées, il souhaite y "consolider les mathématiques dans le tronc commun", et insiste surtout sur son objectif de faire des lycées professionnels "une voie de choix et d’insertion professionnelle réussie".

Article original publié sur BFMTV.com