Publicité

"Une reconnaissance importante": deux Canadiens échangés à la naissance reçoivent des excuses officielles

"Des actions qui ont porté préjudice à deux enfants, à deux couples de parents et à deux familles sur plusieurs générations". Près de 70 ans après avoir été échangés à la naissance, deux Canadiens ont reçu ce jeudi 21 mars des excuses officielles de la part des autorités de la province du Manitoba.

"Je prends la parole aujourd'hui pour présenter des excuses qui attendaient longtemps, pour des actions qui ont porté préjudice à deux enfants, à deux couples de parents et à deux familles sur plusieurs générations", a déclaré le Premier ministre Wab Kinew, devant l'Assemblée législative du Manitoba, selon des propos rapportés par la BBC.

"On nous demande parfois de comprendre l'empathie et la compassion en considérant ce que signifie se mettre à la place d'une autre personne. Si cette affirmation est vraie, nos invités d'honneur ici présents aujourd'hui comprendront peut-être la compassion et l'empathie à un niveau que très peu d'entre nous pourront atteindre", a-t-il ajouté.

"Une erreur a été commise"

Ces excuses constituent un aveu "qu'une erreur a été commise, qui les a tous affectés", a expliqué à la BBC l'avocat des deux hommes, Bill Gange. "(C'est) le Premier ministre, au nom de la province, qui dit à haute voix et en face: 'cela n'aurait pas dû vous arriver', et je pense que c'est une reconnaissance importante".

L'existence de Richard Beauvais et Eddy Ambrose a été bouleversée dès leur naissance, en 1955, dans le même hôpital de la ville d'Arborg, dans la province de l'ouest canadien du Manitoba. Sauf que les bébés ont été échangés, chacun vivant toute sa vie dans la famille biologique de l'autre.

Ce n'est qu'en 2021 qu'ils apprennent la vérité. Richard Beauvais fait un test ADN et apprend qu'il n'est en réalité pas issu de la communauté autochtone dans laquelle il a grandit.

"Un énorme ajustement dans leurs histoires de vie"

Eddy Ambrose, grâce à un test similaire, apprend lui aussi la vérité. Les deux hommes prennent contact et comprennent qu'ils ont vécu la vie de l'autre. Richard Beauvais a grandi dans une famille autochtone pauvre avant d'être enlevé dans le cadre des "Sixties Scoop" (rafle des années 60), une politique assimilationniste canadienne qui consistait à retirer des enfants autochtones à leur famille pour les faire adopter par des familles blanches. Eddy Ambrose, lui, a grandit au sein d'une famille aisée ukraino-polonaise.

Aujourd'hui, les deux hommes tentent de reconstruire leur identité. "Maintenant, (Richard Beauvais) se rend compte que tout le monde est autochtone sauf lui", a déclaré Bill Gange. "Il y a un énorme ajustement dans leurs histoires de vie."

Les deux hommes, qui ont demandé à la province une compensation financière, se disent toutefois fiers des familles qui les ont élevés, et heureux d'en découvrir une autre.

Article original publié sur BFMTV.com