RCA : « La situation sécuritaire a plus de conséquences que le Covid-19 »

Propos recueillis par Marlène Panara
·1 min de lecture
Une semaine avant le 1er tour, le 27 décembre, des élections présidentielle et législatives, six des plus puissants groupes armés se sont alliés pour former la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) et ont lancé une offensive contre le président Touadéra qui briguait un second mandat.
Une semaine avant le 1er tour, le 27 décembre, des élections présidentielle et législatives, six des plus puissants groupes armés se sont alliés pour former la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) et ont lancé une offensive contre le président Touadéra qui briguait un second mandat.

Coup KO. Le 4 janvier, le président sortant Faustin-Archange Touadéra a été déclaré vainqueur de la présidentielle du 27 décembre, avec 53,92 % des voix. Une victoire confirmée par la Cour constitutionnelle ce 19 janvier, malgré les « fraudes » et les « irrégularités » dénoncées par l'opposition. D'immenses défis attendent le chef de l'État, et en premier celui de la réconciliation nationale. Lors de son premier discours depuis sa réélection, il a affirmé vouloir tendre la main à l'opposition démocratique. Mais l'offensive rebelle menée depuis la mi-décembre par l'ex-président François Bozizé ? d'après la présidence et les Nations unies ? pourrait anéantir toutes ses tentatives. « Toutes les conditions semblent réunies pour que la cocotte-minute centrafricaine saute à nouveau », prédit le quotidien burkinabé Le Pays.

Le 13 janvier, les groupes armés, qui contrôlent toujours une partie de l'ouest du pays, ont lancé deux attaques à l'entrée de la capitale. Comme une preuve que la promesse faite par la Coalition pour le changement (CPC), « Marcher sur Bangui », n'est pas une chimère. Comment la Centrafrique, en proie à la violence depuis 2013, en est-elle arrivée là ? Faustin-Archange Touadéra, fragilisé par un scrutin dont la participation n'a pas excédé 35,25 %, peut-il apaiser les tensions ? L'analyse d'Enrica Picco, chercheuse indépendante sur l'Afrique centrale.

À LIRE AUSSICentrafrique : Touadéra réélu à la tête d'un pays déchiré

Le Point Afrique : La Cour [...] Lire la suite