Rassemblement en mémoire de la victime de Charlottesville

par Scott Malone
Des centaines d'habitants de Charlottesville ont rendu hommage mercredi à la jeune femme tuée par un suprémaciste blanc qui a foncé dans la foule avec sa voiture en marge d'une manifestation violente de militants d'extrême droite, samedi. /Photo prise le 16 août 2017/REUTERS/Jonathan Ernst

par Scott Malone

CHARLOTTESVILLE, Virginie (Reuters) - Des centaines d'habitants de Charlottesville ont rendu hommage mercredi à la jeune femme tuée par un suprémaciste blanc qui a foncé dans la foule avec sa voiture en marge d'une manifestation violente de militants d'extrême droite, samedi.

Les participants se sont retrouvés vers 10h00 (14h00 GMT) au Paramount Theater, salle de spectacle de la rue principale, proche de l'endroit où Heather Heyer a été renversée par James Fields, un jeune homme originaire de l'Ohio connu pour ses sympathies avec l'extrême droite américaine.

Un diaporama de photos de la jeune femme a été diffusé sur un écran géant devant la salle de spectacle et un artiste a dessiné son portrait à la craie sur un mur.

La plupart des participants à ce rassemblement étaient vêtus de mauve, la couleur favorite de la victime, suivant la demande exprimée par ses parents.

"Je suis submergé par l'arc-en-ciel de couleurs dans cette pièce", a déclaré Mark Heyer, le père de la victime, la voix brisée par l'émotion. "Heather était comme ça... Pour cela, je suis profondément fier de ma fille."

Le grand-père de la jeune militante antiraciste, qui avait 32 ans, a aussi dit son émotion face aux témoignages de soutien. "Elle voulait que l'on respecte tout le monde. Dans notre famille, toutes les vies comptent", a-t-il déclaré.

Le pasteur Alvin Edwards, qui dirige l'église baptiste noire Mount Zion de Charlottesville, devait aussi prononcer une allocution.

Lundi soir, lors d'une réunion de sa congrégation, il avait appelé les habitants à poursuivre leurs efforts afin que Charlottesville, ville universitaire de Virginie, ne soit pas un endroit accueillant pour les suprémacistes.

"Une des choses que je voudrais que nous fassions en tant que communauté et en tant que municipalité est de nous lever et de montrer la force qui anime notre communauté", a déclaré le pasteur Edwards.

Le religieux a également exprimé sa surprise d'être confronté à des sympathisants et des membres du Ku Klux Klan plus d'un demi-siècle après la reconnaissant des droits civiques.

Charlottesville s'est récemment imposée comme un lieu de ralliement de l'alt right, la droite extrême américaine, qui a régulièrement exprimé son soutien à Donald Trump pendant sa campagne électorale et depuis sa victoire à la présidentielle.

Le rassemblement organisé samedi pour "unifier la droite" (Unite the Right) visait à dénoncer la volonté des autorités locales de retirer d'un parc de la ville une statue équestre du général Robert E. Lee, chef de l'armée confédérée pendant la guerre civile.

Craignant que de nouveaux incidents se produisent mercredi à Charlottesville, des groupes de militants antiracistes se sont postés près du Paramount Theater, portant des casques roses, des battes de baseball et des boucliers de couleur mauve.

L'un des groupes a précisé avoir apporté des armes afin de se défendre dans l'éventualité où les suprémacistes reviendraient.

"Le droit à l'autodéfense est un droit inaliénable", a expliqué l'un des membres. "Les flics ne nous ont pas protégés samedi et nous ne leur faisons pas confiance pour le faire aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Plusieurs personnalités politiques de premier rang ont participé au rassemblement, dont le gouverneur de Virginie, Terry McAuliffe, le sénateur démocrate Tim Kaine et le maire de Charlottesville, Mike Signer.

Alors que la polémique enfle après les propos de Donald Trump mettant sur le même plan les militants antiracistes et les suprémacistes blancs et néonazis, le président américain a pour sa part décrit sur Twitter Heather Heyer comme "belle et incroyable... une jeune femme vraiment spéciale. Nous nous souviendrons tous d'elle pendant longtemps!"

(Pierre Sérisier et Tangi Salaün pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages