Régionales: Darmanin présente ses excuses aux Français n'ayant pas reçu la propagande électorale

·2 min de lecture

Le ministre de l'Intérieur a reconnu ce mardi à l'Assemblée de nouveaux "dysfonctionnements" dans la livraison des professions de foi pour le second tour des élections régionales.

Des dysfonctionnements qu'il assume. Gérald Darmanin n'a eu d'autre choix que de jouer le service après-vente ce mardi à l'Assemblée nationale, à la suite d'élections régionales marquées par un fort taux d'abstention et entachées par de nombreuses difficultés dans la livraison des professions de foi des candidats. 

"J'ai l'honneur d'être le ministre de l'Intérieur du gouvernement de la République, et comme le disait François Mitterrand, il n'y a pas d'honneur dans la facilité et oui, il y a eu des dysfonctionnements et oui, je les assume", a déclaré le ministre de l'Intérieur devant l'Hémicycle, "j'ai présenté et je représente mes excuses aux Français qui n'ont pas reçu cette propagande."

Gestion "scandaleuse" de la livraison des tracts par Adrexo

Le locataire de Beauvau a expliqué ces dysfonctionnements par plusieurs raisons, sans que celles-ci "soient totalement explicatives de l'abstention". Dans un premier temps, il a évoqué l'attribution à la société Adrexo de la distribution de la moitié de la propagande électorale. Une livraison jugée "scandaleuse" par le ministre de l'Intérieur, "puisque c'est plus de 100 millions d'euros qui ont été accordés à la société pour ce marché."

Autre facteur, que Gérald Darmanin a jugé important: le court délai entre les deux tours de ces régionales. 

"Nous avons par ailleurs une démocratie qui a le moins de temps entre deux tours et qui n'a pas permis à l'État, malgré la réquisition de 1000 personnes supplémentaires dans les préfectures et malgré la société La Poste, qui a repris 30% des voix, de redresser la barre au second tour", a poursuivi le ministre.

Vers une distribution des professions de foi par l'État?

Ainsi, Gérald Darmanin a proposé mardi de confier rapidement à l'État la mise sous pli et la distribution de la propagande électorale, afin que cela s'applique pour les prochaines échéances électorales.

Il a expliqué avoir "proposé au Premier ministre" de saisir "le Parlement" pour modifier la loi afin que cette distribution des documents électoraux soit "réinternalisée", c'est-à-dire confiée à l'État. 

"Nous aurions intérêt à le faire assez vite pour l'élection présidentielle", a-t-il dit.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles