Récompense. La journaliste philippine Maria Ressa lauréate du prix de la liberté de la presse de l’Unesco

Rappler (Manille)
·1 min de lecture

La journaliste d’investigation est récompensée pour son travail en faveur de la liberté de la presse. La fondatrice du site d’information Rappler, très critique envers le président philippin Rodrigo Duterte, a subi de nombreuses pressions des autorités de l’archipel.

La journaliste Maria Ressa a reçu le 27 avril le prix mondial de la liberté de la presse Unesco/Guillermo Cano 2021 décerné par un jury international de professionnels des médias. Elle est récompensée pour “son combat en faveur de la liberté d’expression aux Philippines, qui sert de modèle pour les journalistes menacés partout dans le monde”, rapporte le site d’information philippin Rappler, fondé par la lauréate.

Maria Ressa, 57 ans, est une journaliste américano-philippine mondialement reconnue pour ses travaux d’investigation. Passée par la cellule d’enquête de CNN puis responsable du pôle news du géant philippin ABS-CBN, elle lance le site d’information indépendant Rappler en 2012. Elle dirige toujours la plateforme aujourd’hui.

À lire aussi: Liberté de la presse. Aux Philippines, pourquoi la justice s’acharne sur le média indépendant “The Rappler” ?

Marilu Mastrogiovanni, présidente du jury du prix, a salué l’engagement de Maria Ressa en faveur d’une presse libre et critique :

Le combat infaillible de Maria Ressa pour la liberté d’expression est un exemple pour de nombreux journalistes dans le monde. Son cas est emblématique des tendances mondiales qui représentent une réelle menace pour la liberté de la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :