Publicité

"Est-ce réalisable?": Lloris s'interroge sur le plan de la FFF pour régler le problème des tirs au but

"Tu es à quelques centimètres de réussir un doublé": Hugo Lloris parle-t-il de l'occasion manquée de Randal Kolo Muani en fin de rencontre ou des centimètres qui lui ont manqué à lui pour stopper l'un des tirs au but de l'Argentine? S'il appelle à ne pas banaliser ce que les Bleus ont accompli en se qualifiant pour la finale de la Coupe du monde 2022, l'ancien gardien de l'équipe de France reconnaît que l'Albiceleste partait avec un avantage.

"Quand les Argentins se présentent, il n’y a que des gars qui tirent les penalties en club. Chez nous non, à part Kylian (Mbappé). L’expérience s’acquiert à travers des défaites. Je suis persuadé que si demain l’occasion se représente pour Kingsley (Coman) ou Aurélien (Tchouaméni, qui avaient raté leur tentative), ils auront ce vécu. Ce n’est pas un traumatisme, juste une expérience", estime Hugo Lloris dans Le Parisien.

"Dibu Martinez? Je ne sais pas faire"

Comme précisé par RMC Sport, la Fédération française de football (FFF) a décidé de mettre en place un processus pour en finir avec les échecs successifs sur les séances de tirs au but. "C’est bien de se poser la question. Il y a un réel objectif, mais est-ce réalisable?", s'interroge le gardien qui vient de rejoindre la MLS. "Je ne peux pas y répondre. Il y a, par exemple, des gardiens plus à l’aise que d’autres dans cet exercice. Je n’ai pas été beaucoup en réussite dans ma carrière sur cet aspect-là même si j’en ai arrêté d’importants. Quand tu en discutes avec Dibu Martinez (le gardien argentin), pour lui c’est un jeu, psychologique. Je ne sais pas faire. Mais ça ne veut pas dire qu’il a gagné toutes ses séances de pénalty. Tu aurais aimé faire plus, faire mieux, et quand la réussite n’est pas de ton côté, c’est toujours difficile."

Article original publié sur RMC Sport