Publicité

Ce qu'on sait des images et révélations de l'émission Envoyé Spécial consacrée à Kylian Mbappé ce jeudi soir

Un seul extrait, diffusé il y a environ deux semaines, a suffi à mettre l’eau à la bouche de tous les passionnés de football. Sur cette courte vidéo d’une minute 30, Kylian Mbappé apparaît face à la journaliste Elise Lucet. Affable et cash, l’attaquant du PSG y évoque un quotidien marqué par la perte de spontanéité lié à son statut de superstar.

Un peu moins de 15 jours après la diffusion de cette courte vidéo, véritable carton sur les réseaux sociaux, le moment est venu de découvrir en intégralité le "Envoyé Special" dédié au champion du monde 2018, diffusé ce jeudi soir sur France 2 en première partie de soirée.

Découvrir "l'homme derrière le footballeur"

À l’occasion de cette émission, intitulée "Joue-là comme Mbappé", l’ancien Monégasque a notamment accordé une interview de 30 minutes à Elise Lucet. Ses envies de fonder une famille, le racisme dont il a été victime, la terrible désillusion vécue lors de la finale de la Coupe du monde 2022 face à l’Argentine, son souhait de disputer les Jeux olympiques 2024, sa relation avec ses parents, ses revenus, sa rencontre avec Pelé… dans cet entretien diffusé en toute fin d’émission, que Le Parisien a pu visionner, Mbappé n’esquive aucun sujet. La question de son avenir, au centre de toutes les attentions, n’est cependant pas abordée. L’entretien se concentre plutôt sur "l’homme derrière le footballeur", précise la réalisatrice du reportage, Laura Aguirre de Carcer, dans des propos rapportés par L’Equipe.

"La dernière fois que je suis allé acheter une baguette de pain tout seul à pied? Je sais même plus… Ce sont des choses qui sont tellement simples et qui étaient des corvées quand j'étais petit, quand mon père me disait 'va chercher ça', explique par exemple Mbappé au sujet de la célébrité. Je paierais tellement cher maintenant pour faire ce genre de choses qui ne ressemblent à rien pour la plupart des gens. Il y a une fatalité et c'est un constat."

Relancé sur ce qu’il ferait si on lui donnait la possibilité de changer d’apparence pendant deux jours, le capitaine des Bleus n’hésite pas une seconde: "Je passe mes 48 heures dehors, c'est sûr. Je fais tout. Des choses sans réfléchir. J'ai perdu la spontanéité de l'être humain. Tout est question d'organisation, tout s'organise. Est-ce que c'est pesant? Maintenant, non, c'est le quotidien. Mais ça l'était. Aller manger tranquille dans une brasserie, sortir, aller avec des amis, faire la fête incognito, personne ne vient vous voir... Le lendemain matin, un bon brunch au soleil sur une terrasse, admirer les choses. Les choses simples de la vie."

Au sujet de ses revenus, il ne dément pas toucher environ 100 millions d’euros par an. "Honnêtement, je ne sais pas exactement…", répond-il à Elise Lucet, selon la retranscription du Parisien. "À 12 ans, je trouvais aussi qu’il y avait trop d’argent dans le football. Je mérite l’argent que je gagne. Je ne l’ai volé à personne. Le monde marche comme ça", poursuit-il, tout en assurant avoir "toujours été persuadé (qu’il) allait le faire, (qu’il) allait devenir une star mondiale".

Fayza Lamari, sa maman, au centre du reportage

Mais avant cet entretien d’une trentaine de minutes, le reportage d’Envoyé Spécial se concentre avant tout sur l’engagement associatif du footballeur. L’association IBKM (Inspired By Kylian Mbappé), qui sélectionne 98 jeunes (98, comme l’année de naissance de Mbappé) afin de les aider dans des projets éducatifs, sportifs et professionnels, est le fil rouge de l’émission. Avec un personnage central: Fayza Lamari, maman de Kylian Mbappé et à la tête des sociétés du footballeur (gestion d’images et d’investissement). "Quand on s'intéresse à l'association IBKM, on est forcément confronté à Fayza Lamari, indique la réalisatrice du reportage. Elle avait beaucoup de choses à dire et nous permettait de comprendre en creux son fils. De toute façon, sans elle, je ne pouvais pas raconter l'association, elle y est tellement engagée! C'est devenu aussi son portrait."

"Si on avait pu prendre 10 milliards, on les aurait pris"

Fayza Lamari a rencontré les équipes d’Envoyé Spécial dans les bureaux d’IBKM, situés dans le quartier de la Madeleine à Paris. Malgré la présence continue de Delphine Verheyden, l’avocate du clan Mbappé, on la découvre sans filtre. "Il n’y a pas de culpabilité, ni de honte. Si on avait pu prendre 10 milliards, on les aurait pris car c’est le système qui veut ça", tranche-t-elle au sujet de la prolongation de son fils au PSG au printemps 2022.

Fayza Lamari se révèle également très dure en affaire. Afin de financier les études et les débuts dans le monde professionnel des 98 adolescents, 30% des bénéfices générés par les différentes sociétés de l’attaquant sont reversés à IBKM. "Je lui ai dit: ‘en dessous de 30 %, je ne fais pas! Je me retire et je fais comme tout le monde: je pars en vacances aux Maldives, mais je ne bosse pas pour toi!’ (...) Au début, je lui avais dit on fait 50/50 mais on a discuté et on est tombé à 30", conclut Fayza Lamari dans un sourire.

Article original publié sur RMC Sport