Publicité

Qu'est-ce que le thiaclopride, ce pesticide qu'Attal ne veut plus voir dans les produits importés en France?

Le Premier ministre a annoncé qu'il allait "sans délai" empêcher l'importation en France de produits traités avec le thiaclopride, un pesticide interdit en Europe.

Une mesure concrète contre la "concurrence déloyale" dénoncée par les agriculteurs. Gabriel Attal a indiqué ce jeudi 1er février qu'il allait prendre "sans délai" une "clause de sauvegarde" pour empêcher l'importation en France de fruits et légumes traités avec le pesticide thiaclopride.

Parmi d'autres mesures annoncées pour répondre à la colère du monde agricole, cette décision représente selon le Premier ministre un exemple de "clause de sauvegarde" ou de "mesure miroir", un mécanisme qui impose aux produits importés de respecter les mêmes règles que celles imposées aux agriculteurs européens.

Famille des néonicotinoïdes

Le thiaclopride est un membre de la famille des néonicotinoïdes, des substances pesticides connues pour leur impact nocif sur les abeilles. On le retrouve principalement dans des produits commercialisés par le géant de l'agrochimie Bayer et utilisés pour protéger les cultures de maïs ou de pommes de terre d'insectes nuisibles.

Depuis 2019, il est interdit dans l'Union européenne en raison de ses risques pour la santé humaine et l'environnement.

"L’utilisation de ce pesticide suscite des préoccupations environnementales, notamment concernant son impact sur les eaux souterraines, mais aussi sur la santé humaine, en raison de sa toxicité pour la reproduction", avait indiqué à l'époque la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides.

En France, le thiaclopride est interdit depuis 2018. Un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) qualifiait la substance de "perturbateur endocrinien suspecté" et considéré comme susceptible de provoquer le cancer.

Si l'Union européenne proscrit l'usage du pesticide, elle n'interdit pas l'importation de produits traités avec ce produit. Un problème que Gabriel Attal a voulu résoudre au niveau national.

"L'Europe n'a à ce stade pas pris de mesure de sauvegarde sur ce produit. Nous décidons donc en France de le faire en avance de phase", a déclaré le Premier ministre depuis Matignon.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Crise agricole : le gouvernement montre une "volonté d'avancer" mais "manque de clarté"