Publicité

Pyrénées-Atlantiques : nouvelle plainte pour agression sexuelle et viol contre un institut catholique

INFO BFMTV - Déjà visé par une vingtaine de plaintes pour des faits de violences, agressions sexuelles et viols, l'institut catholique Notre-Dame de Bétharram est visé par une nouvelle plainte, a fait savoir le parquet de Pau.

Une semaine après les plaintes déposées par d'anciens élèves de l'institut catholique Notre-Dame de Bétharram (Pyrénées-Atlantiques), qui dénoncent des violences physiques et sexuelles survenues entre les années 1970 et 1990, le parquet de Pau a reçu une nouvelle plainte, ce mercredi 7 février.

"Cette plainte porte sur des faits d'agression sexuelle et de viol qui seraient intervenus à la fin des années 1950", a confirmé Rodolphe Jarry, le procureur de la République, auprès de BFMTV. "Cette plainte s'ajoutera évidemment aux autres, elle va être communiquée dès aujourd'hui à la compagnie de gendarmerie de Pau pour audition de l'intéressé."

Des dirigeants, des surveillants et des religieux

La semaine dernière, une vingtaine de plaintes ont été déposées par des anciens élèves de l'institut catholique, situé dans la commune de Lestelle-Bétharram, pour des faits de violences, d'agressions sexuelles et de viols, survenus dans les années 1970 et 1990.

Les accusations visent notamment d'anciens responsables de l'institution catholique - des surveillants et au moins un religieux, selon nos informations. Parmi eux, un ancien directeur du collège.

Ce prêtre, déjà été mis en examen pour viol en 1998, s'est suicidé deux ans plus tard, en 2000, après une convocation de la justice pour une nouvelle plainte. Outre ce prêtre, des laïcs sont également soupçonnés d'avoir commis des violences, selon de nombreux témoignages recueillis.

Un groupe Facebook, réunissant d’anciens élèves de l’institution dont certains disant avoir été victimes de violences ou d’infractions sexuelles, dépasse maintenant les 500 membres. Si l’on en croit les messages postés, de nouvelles plaintes pourraient être prochainement déposées.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Jean-Luc Hery : "J’avais 8 ans. On l’appelait "Tonton l'Abbé". Il m’a violé. Ça a bousillé ma vie"