Pyrénées-Atlantiques : découverte d'explosifs dans une "probable ancienne cache de l'ETA"

Le parquet de Pau a annoncé ce samedi avoir découvert cinq bidons d'explosifs à Accous fin juillet dans "une probable ancienne cache de l'ETA".

Cinq bidons d'explosifs, constituant probablement une "ancienne cache" de l'organisation séparatiste basque ETA, ont été découverts fin juillet à Accous, une commune de montagne dans le Béarn, a indiqué ce samedi le parquet de Pau.

Ces vieux explosifs, découverts le 29 juillet par un agriculteur dans un muret de pierres bordant une parcelle isolée de cette commune de la vallée d'Aspe, ont été ensuite "enlevés" par une équipe de démineurs, a ajouté la procureure de la République de Pau Cécile Gensac, confirmant une information du journal Sud-Ouest.

Selon le maire d'Accous Dany Barraud, qui s'est rendu sur place le soir de la découverte, la mention "nitrate d'ammonium" et le poids étaient inscrits en basque sur l'ensemble des "jerricans", évalués à une trentaine de kilos chacun.

"Probable ancienne cache de l'ETA"

Cette "probable ancienne cache de l'ETA" selon le parquet, se trouve "dans un espace où les gens laissent leur véhicule pour les randonnées ou les estives", un secteur "écobué régulièrement, ce qui aurait pu être beaucoup plus grave en cas d'écobuage mal maîtrisé", a expliqué le maire.

Le parquet de Pau s'est dessaisi de l'enquête a profit du Parquet national anti-terroriste.

Créée en 1959 sous la dictature espagnole de Franco, l'ETA est accusée d'avoir tué au moins 853 personnes durant quatre décennies de violences au nom de l'indépendance du Pays basque. En 2018, l'organisation a annoncé son auto-dissolution, après avoir déposé les armes.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Hiroshima : 77e anniversaire de l'attaque à la bombe atomique

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles