Publicité

PSG: comment la coach mentale de Donnarumma l’a aidé à surmonter les critiques

Les premiers pas de Gianluigi Donnarumma à Paris n’ont pas toujours été faciles. Après des adieux très difficiles avec l’AC Milan, club avec lequel il était en fin de contrat en 2021, et après avoir dû composer avec la concurrence de Keylor Navas durant une saison, le gardien de but italien a parfois inquiété à cause de sa fébrilité, notamment dans le jeu au pied. Des erreurs à l’origine de nombreuses critiques que le champion d’Europe 2021 a eu du mal à encaisser.

"Les gens ont le droit de s’exprimer mais un avis ne doit pas déterminer la valeur d’un gardien, explique le Parisien au supplément de la Gazzetta dello Sport, Sportweek, samedi, à la veille du Classique OM-PSG. Je suis resté calme. C’est lorsqu’on fait des erreurs qu’on s’améliore. J’ai appris à gérer mes fautes et les critiques grâce à mon préparateur mental, Nicoletta Romanazzi."

L'expérience positive du retour à Milan

Leur collaboration a débuté au mois de juin 2022. Gianluigi Donnarumma et la coach mentale qui travaille aussi avec le sprinteur italien Marcell Jacobs, champion olympique du 100m, ont des échanges une fois tous les 15 jours. Avec des effets positifs comme au mois de novembre à l’approche du grand retour de l'Italien à Milan en Ligue des champions. "Il est très attaché à Milan, rapporte Nicoletta Romanazzi. Je savais que la réaction des fans qui l’ont supporté pendant six lui ferait mal. Ce que j’ai fait comprendre à Giogio, c’est que plus les supporteurs seront en colère, plus cela signifiera qu’ils l’aiment. Ils ont la réaction d’une personne qui se sent trahie. Je lui ai dit de prendre sa part de responsabilité et d’accepter la réaction du public. Ça a complètement changé sa perception des choses." Nicoletta Romanazzi a aussi demandé à Donnarumma de faire ressortir son côté féminin. "Pour être plus créatif, flexible et anticiper ce que l’adversaire va faire." Donnarumma aura encore une belle occasion de démontrer ses progrès dimanche soir, face à l'OM, dans un stade Vélodrome bouillant.

Article original publié sur RMC Sport