Publicité

Le PSG aurait travaillé à la création d’une Super League avec le patron de la Juve

Le PSG aurait travaillé à la création d’une Super League avec le patron de la Juve

Si le projet de Super League mené par le Real Madrid, le Barça et la Juventus fait grincer des dents du côté de l’UEFA, un autre projet de nouvelle compétition européenne serait dans les cartons, et le PSG en serait à l’origine. Selon L’Équipe, Nasser Al-Khelaïfi et Andrea Agnelli, l’ancien président de la Juve, auraient échangé au courant de l’automne 2020 - six mois avant le lancement de la Super League - à propos d’un projet nommé Bohr, comme le patronyme de Niels Bohr, un physicien danois.

À l’instar du Real qui pilote le projet de Super League, Al-Khelaïfi et ses équipes s'occupaient de la partie financière et Agnelli de la gouvernance du projet Bohr, toujours selon L’Équipe. Deux projets menés en parallèle mais avec le même objectif: créer une ligue fermée pour renforcer des finances affaiblies par la crise du Covid-19, la Ligue des champions actuelle n’étant pas assez rémunératrice à leurs yeux. Si Paris n’a pas suivi le projet de Super League et a décidé de monter le sien en parallèle, ce serait parce que les sommes promises n’étaient pas suffisantes selon certaines sources, citées par L'Équipe.

24 équipes et 32 matchs minimum

Le projet Bohr aurait regroupé 24 équipes: les 14 aux revenus les "plus élevés" selon l'appellation du document que L'Équipe a pu consulter (Real Madrid, FC Barcelone, Atlético de Madrid, PSG, Juventus Turin, Inter Milan, Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Tottenham, Bayern Munich et Borussia Dortmund), deux invités (Lyon et AC Milan) et huit équipes issues des compétitions européennes et non plus directement de leur championnat.

Répartis en quatre chapeaux de six, les clubs auraient disputé 32 matchs lors d’une première phase (16 à domicile, 16 à l’extérieur) où seules huit équipes seraient éliminées. La phase à élimination directe se serait disputée en matchs aller-retour à partir des huitièmes de finale. Avec un total de 413 rencontres, le projet Bohr aurait proposé plus de matchs que la Ligue des champions actuelle, donc aurait augmenté significativement les recettes.

Qui dit plus de rencontres européennes, dit calendrier bien chargé. À ce problème, une solution: les clubs auraient fait jouer leur équipe B dans les championnats nationaux, selon L’Équipe.

Article original publié sur RMC Sport