Le projet Manhattan ou la fin de l'innocence

ATOMICARCHIVE.COM

Le 16 juillet 1945 explosait la première bombe atomique, mise au point grâce à l'expertise de physiciens hors pair. La science démontrait ainsi sa toute-puissance... et sa subordination aux militaires. Une collaboration ambiguë, toujours d'actualité.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°212 daté janvier/ mars 2023.

"Je suis devenu la Mort, qui anéantit les mondes." Telle est la citation tirée du poème indien la Baghavad-Gita qui s’est imposée à l’esprit du physicien Robert Oppenheimer, l’un des pères du projet Manhattan, le 16 juillet 1945, au moment de l’explosion de Gadget, la toute première bombe atomique de l’Histoire. Ce jour-là signait, sur le champ de tir d’Alamogordo, au Nouveau-Mexique, le renoncement de la science à sa vocation première, celle d’éclairer l’humanité. Des scientifiques avaient participé à la conception de la plus puissante arme de destruction de tous les temps… Bientôt, les 6 et 9 août, Little Boy et Fat Man seraient lâchées sur Hiroshima et Nagasaki.

La science moderne doit encore aujourd'hui une partie de sa forme et de son influence, mais aussi de la méfiance qu'elle suscite, à la Bombe. "Le rôle central que la science a exercé dans la proposition, le développement et la fabrication de cette arme à caractère technologique l'a élevée au rang de domaine stratégique, ce qui a profondément modifié son mode d'organisation tout en fixant pour longtemps certains choix industriels ", résume Harry Bernas, ancien directeur du Centre de sciences nucléaires et de sciences de la matière (CNRS-Paris-Saclay). D'autant que, sitôt la paix signée, les alliés d'hier allaient instaurer une course aux armements sur fond de menace d'holocauste nucléaire…

130.000 personnes sur une centaine de sites dispersés

S'étalant sur vingt-sept mois, le fameux projet Manhattan dont va sortir l'engin destructeur n'est pas à proprement parler un programme de physique fondamentale. "En effet, si toutes ses composantes ne sont pas connues avant guerre - notamment le plutonium, qui ne sera découvert qu'en décembre 1940 -, le principe de la fission nucléaire, sur la base de laquelle fonctionne une bombe atomique, a déjà été décrit par Niels Bohr, l'un des pères de la mécanique quantique[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi