Publicité

Président.e.2022 - "Ma responsabilité, c’est de me battre et de partir au combat" : en difficulté dans les sondages, Anne Hidalgo refuse d'être dans le "défaitisme"

Anne Hidalgo est la première invitée de l’émission Président.e 2022, le nouveau rendez-vous politique de Yahoo Actualités. Tout au long de la campagne présidentielle, Géraldine Muhlmann recevra les candidates et les candidats ainsi que les personnalités de la vie politique française.

"Ça fait plaisir". Malgré un début de campagne difficile, Anne Hidalgo a le sourire. Elle peut désormais compter sur le soutien officiel de sa famille politique. Jeudi 14 octobre, les militants du Parti socialiste ont choisi la maire de Paris comme candidate à l’élection présidentielle.

Sa parole est "moins audible en ce moment"

Son adoubement - sans suspense - par le PS peut-il relancer la campagne d’Anne Hidalgo ? La socialiste stagne en effet entre 4 et 6% des intentions de vote au premier tour, selon plusieurs sondages. "La parole responsable d’une femme de gauche, d’une gauche de gouvernement, est peut-être en ce moment moins audible", reconnaît-elle pendant notre entretien.

"On est très loin encore de l’élection, c’est un moment où les gens commencent à regarder quelque chose qui est plutôt de l’ordre d’un show télévisé, où toutes les outrances sont possibles", analyse la candidate.

Zemmour "a été construit par la télévision"

Un tacle à peine voilé à Eric Zemmour. Interrogée sur la position du probable candidat concernant l’immigration, la socialiste a préféré dénoncer le rôle des médias dans son ascension. "Je crois qu’il a été construit par la télévision, comme Trump, comme Berlusconi. Il y a une responsabilité collective (…) On ne devrait pas laisser sur une antenne de télé la possibilité à quelqu’un de tenir des propos négationnistes"*.

Est-ce Vincent Bolloré, patron de la chaîne CNews, qui a fabriqué Zemmour ? "Je pense qu’il n'est pas tout seul, beaucoup de gens l’ont fabriqué, s’en satisfont, et considèrent que la politique doit faire de l’audimat, comme un match de catch", dénonce Anne Hidalgo.

Face à la dynamique d’Eric Zemmour et de Marine Le Pen, la maire de Paris pointe la responsabilité de la gauche. "C’est pas comme si on ne savait pas comment ça se passe. On a l’exemple de ce qui s’est passé aux États-Unis avec Trump. Alors ma responsabilité, c’est de me battre, et de partir au combat".

Pas de rassemblement à gauche sans elle

Devancée par l’écolo Yannick Jadot et l’insoumis Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, la socialiste assure qu’elle ne se retirera pas de la course s’ils restent mieux placés qu’elle. "Je suis candidate, je suis investie et j’irai jusqu’au bout", martèle-t-elle.

Le souvenir des 6,35% de Benoît Hamon en 2017 est pourtant encore à vif au PS. "Avant d’être dans une forme de défaitisme, laissez la démocratie s’exprimer !", balaie la maire de Paris.

Des mesures choc sur les salaires

Pas facile de trouver un espace politique pour la socialiste. Pour doper sa campagne, Anne Hidalgo a dégainé en septembre une promesse forte : doubler le salaires des profs. Dès le début de son quinquennat, elle porterait la rémunération des jeunes professeurs à 2300 euros mensuels, avant de progressivement doubler le salaire de tous les enseignants. Une mesure qu’elle chiffre à "8 à 10 milliards d’euros par an", soit 40 à 50 milliards sur un quinquennat.

Pour la financer, "il y a des marges de manœuvre" comme "les 80 milliards d’euros de l’évasion fiscale" chaque année. La candidate envisage aussi une "contribution supplémentaire" à l’impôt de la part des "5 ou 2% les mieux payés en France", et veut regarder du côté des "aides consenties aux entreprises sans aucune contrepartie".

"Aujourd’hui le travail n’est pas suffisamment rémunérateur"

Au-delà des profs, la socialiste veut rehausser les salaires dans le public et le privé, car "aujourd’hui le travail n’est pas suffisamment rémunérateur. Il ne permet pas, je pense aux classes populaires, de payer le logement". La candidate propose d’organiser une large négociation avec les partenaires sociaux, pour augmenter le SMIC de 15%, discuter du télétravail et du temps de travail.

VIDÉO - Retrouvez le meilleur de Président.e.2022 avec Anne Hidalgo :

La campagne s’annonce intense pour celle qui, en parallèle de sa course à l’Élysée, gère la plus grande ville de France et prépare les Jeux olympiques de 2024 à Paris. Interrogée sur sa capacité à mener de front toutes ces missions, Anne Hidalgo répond par une pirouette : elle fera "comme le Président", pas encore candidat, mais accusé par beaucoup d’être déjà en campagne.

* Jugé pour des propos sur le maréchal Pétain tenus sur CNews, Eriz Zemmour a été relaxé en février 2021, mais les parties civiles ont fait appel.

VIDÉO - Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo investie par les militants du parti socialiste