Publicité

Pensant souffrir d’une infection pulmonaire, elle découvre être atteinte du premier cancer de ce type

Une mère de famille éprouvait des difficultés à respirer. Elle a découvert qu'elle était atteinte d'un cancer très rare.

Un scanner a permis d'identifier la présence d'un carcinome à cellules caliciformes (Getty Images)

Un cas unique. Alison Varley pensait souffrir d'une infection pulmonaire. Mais, le diagnostic était tout autre. À 42 ans, cette mère de famille éprouvait des difficultés à respirer. Elle reçoit alors un traitement antibiotique. Mais, les médicaments ne parviennent pas à la soulager et son mari contacte les urgences.

Admise à l'hôpital, elle passe des examens médicaux. Un scanner identifie la présence d'un carcinome à cellules caliciformes : "Les médecins ont réalisé un scanner et ont trouvé cinq litres de liquide dans mon poumon droit. Ils ont essayé de le drainer et ont trouvé une grosse masse sur mon ovaire".

À LIRE AUSSI >> Dr Christian Recchia : "Quasiment tous les cancers peuvent être évités si vous faites cela"

Comme l'explique le Mirror, l'équipe médicale a constaté que le cancer avait commencé dans l'appendice de la patiente avant de se propager à ses intestins, ses ovaires et son rectum. "C'est rare sur rare sur rare. Personne n'est atteint de mon cancer. Sa constitution génétique ne ressemble à aucune autre au monde. Il y a des gens avec des cellules caliciformes, mais pas de constitution génétique. C'est pourquoi ils ont du mal avec moi parce qu'il n'y a eu personne avec cette maladie avant moi". En effet, la quadragénaire est la seule au monde à souffrir de ce cancer.

Une chimiothérapie

Cette mère de trois enfants a subi une immunothérapie mais ce traitement a provoqué une croissance du cancer : "Les médecins ont immédiatement arrêté le traitement. Si un cancer se développe pendant un traitement, cela peut l'aggraver davantage. On m'a mis sous surveillance et j'attends". Sans traitement pendant neuf mois, le cancer n'a fait que croître "légèrement".

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "On ne guérit jamais d’un cancer, on vit avec"

Récemment, une coloscopie a confirmé que la tumeur se propageait : "Un oncologue est venu me voir et il m'a dit que le cancer s'était développé et il pensait qu'il se trouvait dans l'intestin. Ils se sont arrangés pour mettre un stent dans mon intestin pour l'ouvrir".

Aujourd'hui, la mère de famille débute une chimiothérapie. "C'est difficile de ne pas parler de choses sombres quand on est à ma place... Je ne sais pas si ce sera mon dernier Noël ou mon dernier anniversaire avec eux. Je ne sais pas ce qu'il va se passer."