Présidentielle: Eric Zemmour crédité de 12 à 15% des intentions de vote dans un nouveau sondage

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Éric Zemmour lors de sa conférence à Lille Grand Palais, samedi 2 octobre.  - BFMTV
Éric Zemmour lors de sa conférence à Lille Grand Palais, samedi 2 octobre. - BFMTV

Un sondage en guise de mauvaise nouvelle pour Marine Le Pen. D'après le dernier baromètre Ifop-Fiducal pour Le Figaro et LCI, dévoilé ce lundi, Eric Zemmour confirme sa hausse en étant crédité de 12 à 15% des intentions de vote, en fonction du candidat de la droite. La candidate du RN, elle, continue de décrocher.

"Une percée inédite"

D'après ce sondage, si Xavier Bertrand était désigné candidat de la droite, le polémiste recueillerait 12% des voix. Son score monterait à 13% s'il s'agissait de Valérie Pécresse, 14% si Michel Barnier avait la faveur des militants LR, et 15% si Eric Ciotti était désigné.

Au début du mois de septembre, l'essayiste était crédité de 7% des intentions de vote.

"Cette pré-campagne est accélérée par le phénomène Zemmour. (...) C'est une percée inédite à six mois du vote de la part de quelqu'un qui n'appartient pas au sérail politique et qui n'est toujours pas candidat", estime Frédéric Dabi, directeur de l'Ifop dans les colonnes du Figaro.

Contre-performance pour Marine Le Pen

Ces bons chiffres de l'ancien chroniqueur télévisé affaiblissent à la fois Marine Le Pen et la droite en captant 18% de l'électorat lepéniste de 2017, et 24% de l'électorat filloniste.

"Globalement, on est plutôt sur un électorat de droite traditionnelle: personnes âgées, retraités et diplômés", analyse encore le sondeur.

La députée du Pas-de-Calais passe, elle, sous la barre des 20% au second tour, peu importe le candidat de la droite. Un mauvais score qui ne remet toutefois pas en cause sa présence au second tour face à Emmanuel Macron.

Macron en bonne posture, la gauche morcelée

Avec 24 à 27% des intentions de vote, le locataire de l'Élysée, lui, continue de réaliser de très bons scores, à 7 mois de la présidentielle.

Enfin, les candidats de gauche peinent à émerger. Selon les différents scénarios proposés, les intentions de vote pour Yannick Jadot se situent entre 8 et 9%, celles pour Jean-Luc Mélenchon entre 7 et 8%. Elles s'établissent entre 5,5% et 6% pour la candidate PS Anne Hidalgo.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles