Précarité. Plus de 300 réfugiés syriens sans abri après un incendie criminel dans un camp libanais

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Le samedi 26 décembre, des jeunes Libanais ont mis le feu à un camp de réfugiés syriens dans le nord du Liban, à la suite d’un conflit. Il n’en reste que des cendres, rapporte L’Orient-Le Jour, qui décrit le désarroi des plus de 300 personnes désormais sans abri.

“Il ne reste plus que des cendres dans le camp informel qui accueillait les réfugiés syriens” près de Bhannine, dans le nord du Liban, rapporte L’Orient-Le Jour. Le journal beyrouthin s’est rendu sur place après l’incendie de samedi 26 décembre. Il décrit un camp “entièrement rasé”.

Du bois brûlé traîne par terre, ainsi que de la ferraille, du plastique et du nylon. Des tentes qui abritaient 76 familles, il ne reste plus que de simples pierres qui servaient de fondations et quelques murs tachés de suie.”

Ce sont des jeunes Libanais qui sont à l’origine de l’“incendie intentionnel” de samedi soir, démarré “à la suite d’une altercation entre un des leurs et des travailleurs syriens”. Quant à la cause du différend, il en existe plusieurs versions. L’Orient-Le Jour rapporte la piste du “harcèlement d’une femme syrienne”, ainsi que celle selon laquelle un travailleur syrien aurait réclamé un salaire non-payé à un Libanais.

À lire aussi: Crise économique. Au Liban, le sort désespéré des travailleurs immigrés

Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, “plus de 370 Syriens ont été forcés de quitter leurs tentes ravagées par les flammes”, quatre ont été hospitalisés. Quant à l’armée, elle a fait savoir que huit personnes avaient été arrêtées, deux Libanais et six Syriens.

Une population très précaire

“Nous étions assis tranquillement dans notre tente puis d’un coup, nous avons entendu des tirs et des hurlements”, raconte une habitante au journal.

J’ai rapidement

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :