Précarité. Aux États-Unis, 2,5 millions de femmes américaines ont perdu leur emploi, alerte Kamala Harris

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Depuis le début de la pandémie près de 2,5 millions de femmes américaines se sont retrouvées sans travail. Dans une tribune publiée dans le Washington Post, la vice-présidente Kamala Harris, qui alerte sur cette “urgence nationale”, a annoncé la mise en place d’une aide à toutes les personnes en difficulté.

“De quoi remplir 40 stades de football.” Voilà une éloquente image pour évaluer le nombre de femmes au chômage depuis le début de la pandémie, utilisée par la vice-présidente américaine Kamala Harris, dans une tribune publiée dans le Washington Post. En effet, environ 2,5 millions d’Américaines ont perdu leur emploi en moins d’un an, depuis le début de la crise du coronavirus. En comparaison, selon un article de Reuters, les hommes à se trouver dans cette situation sont 1,8 million. “Cet exode de masse des femmes du monde du salariat est une urgence nationale, qui requiert une solution nationale”, pointe-t-elle.

À lire aussi: Économie. Le chômage : une bombe à retardement

Cette précarisation touche toutes les catégories socio-professionnelles, le public comme le privé, les petits salaires comme les plus élevés. Celles qui travaillaient dans les métiers du soin ont été sous-payées, tandis que les propriétaires de petits commerces ont dû renoncer à leur activité. “En février 2020, environ 5 millions de femmes étaient entrepreneuses, note Kamala Harris. En avril, une sur quatre avait fermé boutique.”

3000 dollars par enfant

Autre “fardeau” : le manque de structure de garde d’enfants, qui a transformé les foyers en “écoles et garderies” et conduit peu à peu les mères travailleuses à renoncer à leur travail à temps plein. Pourtant,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :