Poursuite des combats dans le "croissant pétrolier" libyen

1 / 2

POURSUITE DES COMBATS DANS LE "CROISSANT PÉTROLIER" LIBYEN

Le porte-parole de l'Armée nationale libyenne (ANL), le colonel Ahmed Al Masmary, lors d'une conférence de presse à Benghazi. Les forces fidèles au gouvernement installé à Tobrouk dans l'est de la Libye ont effectué de nouveaux bombardements près de deux des principaux terminaux pétroliers du pays pour en déloger un groupe rival, a annoncé samedi l'ANL. /Photo prise le 3 mars 2017/REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

BENGHAZI, Libye (Reuters) - Les forces fidèles au gouvernement installé à Tobrouk dans l'est de la Libye ont effectué de nouveaux bombardements près de deux des principaux terminaux pétroliers du pays pour en déloger un groupe rival, a annoncé samedi l'Armée nationale libyenne (ANL).

L'ANL, commandée par le général Khalifa Haftar, et ses alliés, ont évacué vendredi les ports d'Es Sider et de Ras Lanouf, après avoir subi une offensive d'éléments des Brigades de défense de Benghazi (BDB).

Un résident de Ras Lanouf dit avoir entendu des avions survoler la ville et des explosions samedi à l'aube. Des photos d'incendies et de dégâts apparemment provoqués par les bombardements ont été diffusées sur internet par des habitants.

Les BDB sont constituées pour l'essentiel de combattants chassés de Benghazi par l'ANL, qui présente ses ennemis comme des extrémistes islamistes soutenus par des mercenaires.

Ces combats laissent craindre un nouvel embrasement dans la région du "croissant pétrolier" libyen et menacent les exportations de brut.

Es Sider et Ras Lanouf, sur le golfe de Syrte, sont au nombre des quatre ports dont l'ANL a pris le contrôle en septembre dernier. Trois d'entre eux ont été depuis rouverts à l'exploitation par la compagnie pétrolière libyenne, la National Oil Corporation (NOC) mais fonctionnent au ralenti.

La production pétrolière de la Libye atteint aujourd'hui 700.000 barils par jour, plus du double de son niveau d'il y a un an, mais loin encore des 1,6 million de bpj que le pays produisait avant le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011.

(Ayman al Warfalli, Nicolas Delame pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages