Pourquoi Pierre Lemaitre ira manifester contre la réforme des retraites

French writer Pierre Lemaitre offers an interview to AFP in Bogota on April 28, 2017. (Photo by Raul ARBOLEDA / AFP)
RAUL ARBOLEDA / AFP French writer Pierre Lemaitre offers an interview to AFP in Bogota on April 28, 2017. (Photo by Raul ARBOLEDA / AFP)

RETRAITES - « Mettre ce sujet à l’avant-plan aujourd’hui, c’est à la limite de la provocation et de la maladresse ». Pierre Lemaitre, auteur du roman Le silence et la colère à paraître le 10 janvier et prix Goncourt 2013 pour le sublime Au revoir là-haut, sera dans la rue s’il y a des manifestations contre la réforme des retraites dans les prochaines semaines.

Invité de la matinale de France Inter ce jeudi 5 janvier, Pierre Lemaitre n’a pas nié qu’il y ait « peut-être bien la nécessité de réformer le système des retraites ». Mais pour l’écrivain engagé - il avait notamment soutenu Jean-Luc Mélenchon et La France Insoumise lors des campagnes présidentielles de 2012 et 2022 - ce n’est « vraiment pas le bon moment » pour le gouvernement de défendre cette idée.

« Avec l’âge je me radicalise. Plus le temps passe et plus ma colère se développe. »
Pierre Lemaitre, écrivain, sur France Inter

« On vit dans une société qui est terriblement fracturée et qui est aux devants d’événements tellement majeurs : le réchauffement climatique, cette guerre en Ukraine qui aura bientôt un an… », explique-t-il au micro de la radio. « La déstabilisation de l’économie mondiale fait que mettre ce sujet à l’avant-plan c’est à la limite de la provocation et de la maladresse, et sans doute des deux. »

Pierre Lemaitre se décrit ainsi comme un « homme en colère » qui « ne compte pas rester silencieux » : « Je suis issu d’une frange assez modeste de la société, et je vois une société qui ne me convient pas, avec une répartition des richesses qui est scandaleusement disproportionnée ». Et d’ajouter : « Avec l’âge je me radicalise. Plus le temps passe et plus ma colère se développe, en tout cas elle est intacte a minima ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans son nouvel ouvrage Le silence et la colère et deuxième volet d’une trilogie commencée par Le Grand monde, Pierre Lemaitre poursuit son exploration du XXe siècle et de ses conflits sociaux. Il place cette fois son récit en 1952, en plein dans les Trente glorieuses, période à laquelle « ce qui a été notre chance a été notre drame. C’est ça une tragédie », dit-il, évoquant la marche en avant du progrès et ses conséquences environnementales.

En comparaison aux années 1950-60 dans lesquelles il a grandi, l’auteur trouve que les années 2020 « manquent d’idéologie et cruellement d’engagement ». « Je viens d’une génération où les mouvements étaient militants », assure-t-il.

Alors même s’il se dit « assez admiratif des écologistes interventionnistes et militants » qui s’en prennent aux Tournesols de Van Gogh comme au portail de Matignon, Pierre Lemaitre estime qu’aujourd’hui le militantisme est « remplacé par les réseaux sociaux ». « On reste à distance, on écrit, mais on ne se mêle plus physiquement des événements. Matériellement, on ne descend plus dans la rue ». Reste à voir si la rue le contredira après la présentation du projet de réforme des retraites du gouvernement prévue le 10 janvier prochain.

À voir aussi sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi