Vaisselle jetable : le "sans plastique" dangereux pour la santé et pas si écolo, selon l’UFC-Que Choisir

·1 min de lecture
Eco friendly disposable tableware on a grey background

L’UFC-Que Choisir a testé 57 produits présentés comme des alternatives à la vaisselle jetable en plastique. Les résultats sont surprenants.

Depuis le 1er janvier 2021, les pailles, couverts jetables, touillettes, couvercles des gobelets à emporter et autres objets en plastique oxodégradable sont interdits. D’ici à 2040, la loi anti-gaspillage devrait mettre fin à tous les emballages en plastique à usage unique. Mais le "sans plastique" n’est pas forcément synonyme de sans danger comme le dévoile l’UFC-Que Choisir.

Mercredi 19 mai, l’association de consommateurs a publié sur son site internet les résultats d’un test de 57 produits représentant des alternatives végétales aux produits jetables en plastique. L’UFC dénonce une présence trop importante de composés dangereux pour la santé ou pour l’environnement dans ces produits de substitution à base de pulpe végétale ou de feuilles de palmier.

Et l’UFC rapporte des résultats préoccupants puisque "66 % des échantillons testés contiennent des composés perfluorés (utilisés pour que la vaisselle résiste à l’eau et aux graisses sans se déliter, mais dont certains sont cancérogènes, immunotoxiques, toxiques pour le développement et/ou perturbateurs endocriniens) au-delà des recommandations(2), parfois largement (certaines assiettes de la marque Betik(3) ont une teneur en composés perfluorés 140 fois supérieure à la norme définie au Danemark)".

VIDÉO - Environnement : recyclable ou non, le plastique jetable n'est plus commercialisé

Clarifier la règlementation

De plus, l’association alerte sur un possible effet cocktail de produits qui "présentent un cumul de substances (notamment composés perfluorés, chloropropanols, amines aromatiques), particulièrement pour les pailles en papier carton". L’UFC regrette que la réglementation européenne ne soit pas suffisamment précise au sujet de la composition des matériaux. "La réglementation ne définit pas de liste fermée de substances et additifs autorisés mais se contente de poser un principe général d'innocuité des matériaux utilisés par les fabricants de vaisselle et autres objets en contact avec les produits alimentaires", critique l’UFC. Elle réclame, notamment, aux autorités européennes de définir une liste précise des matériaux et additifs pouvant être utilisés sans danger comme substituts aux plastiques pour la vaisselle jetable.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles