Publicité

Pont effondré à Baltimore: le récit des cinq minutes qui ont conduit à la catastrophe

Les autorités remontent le fil de la nuit de lundi à mardi pour comprendre comment le cargo Dali a pu percuter le pont de Baltimore. L'enregistreur de données du navire, sorte de boîte noire, montre que le drame s'est noué en quelques minutes.

Cinq petites minutes passées au crible par les enquêteurs. Deux jours après l'effondrement du pont Francis Scott Key de Baltimore, les autorités s'intéressent au moment où le cargo Dali a perdu le contrôle avant de percuter l'édifice, faisant deux morts et quatre disparus.

L'agence américaine de sécurité des transports (NTSB) a fourni ce mercredi 27 mars une chronologie plus détaillée du drame, en se basant sur l'analyse préliminaire de l'enregistreur de données du porte-conteneurs, équivalent d'une boîte noire pour un navire.

Panne de courant

Long de 300 mètres pour 48 mètres de largeur, le Dali, battant pavillon singapourien, a quitté le quai du port de Baltimore mardi à 0h39 à destination de l'Asie, a indiqué Marcel Muise, enquêteur du NTSB, lors d'une conférence de presse.

Mais à 1h25, des alarmes retentissent à bord du navire. Pour des raisons que les enquêteurs cherchent encore à déterminer, le puissant système de propulsion du vaisseau s'arrête et les lumières s'éteignent. La panne de courant, qui dure à peine une minute, sera fatale.

À 1h26 le courant revient, mais le Dali a dangereusement dévié de sa trajectoire. L'enregistreur montre que le pilote (celui qui assiste le capitaine pour le guider à la sortie d'un port) donne à l'équipage l'ordre de virer à gauche pour éviter la pile du pont de Baltimore. Il demande aussi l'assistance d'un bateau de remorqueur. En vain.

Alors que le Dali continue de se rapprocher dangereusement du pont, le pilote ordonne à 1h27 de larguer l'ancre à bâbord.

Pont fermé à la circulation

Alertée, la Maryland Transportation Authority demande quelques secondes plus tard aux deux équipes qui travaillent de chaque côté du pont de fermer l'accès à la circulation. Les ouvriers s'exécutent, sauvant probablement des vies, et sacrifiant la leur.

La collision se produit à 1h29. Le Dali heurte la pile du pont à une vitesse estimée à 7 nœuds, soit un peu moins de 13 km/h. Pendant une trentaine de secondes, l'enregistreur du navire capte des "sons correspondant à la collision".

Le pont, emprunté chaque jour par des dizaines de milliers de véhicules, s'effondre tel un château de cartes, des pans entiers de la structure se retrouvant sur le bateau.

Pour le ministre américain des Transports Pete Buttigieg, "ce type de pont (...) n'a tout simplement pas été conçu pour résister à un choc direct contre un pilier de soutien essentiel". L'enquête préliminaire montre qu'il s'agit d'un accident, selon les autorités.

Article original publié sur BFMTV.com