Publicité

Pompes à chaleur : 4 pièges à éviter avant d’en installer une chez soi

Ce jeudi 28 mars, Envoyé Spécial s’intéresse au business de la pompe à chaleur. Alors qu’Emmanuel Macron a fixé un objectif ambitieux de production de pompes à chaleur sur le territoire d'ici 2027, il y a quelques pièges à éviter pour les particuliers désireux de sauter le pas.

Pompes à chaleur : 4 pièges à éviter avant d’en installer une chez soi (Crédit : Getty Images)

Ce jeudi 28 mars, le magazine Envoyé Spécial s’intéresse au business de la pompe à chaleur et des escroqueries qui en découlent dans un reportage intitulé "Pompes à chaleur : pompes à fric ?" Le déploiement de ce système de chauffage écologique et économique, largement encouragé par les pouvoirs publics et en partie financé par les aides de l’État, nécessite quelques précautions. Voici les quatre principaux pièges à éviter avant d'en installer une chez soi.

  • Laisser un démarcheur à domicile rentrer chez vous

Que ce soit pour vous vendre une pompe à chaleur (PAC), un matelas ou n’importe quel autre produit, n’acceptez aucune offre lors d’un démarchage à domicile. Le démarchage téléphonique concernant les travaux de rénovation énergétique est proscrit depuis le 1er septembre 2020. Si un démarcheur vous contacte, rappelez-lui la loi et raccrochez. S’il vient sonner chez vous, ne lui ouvrez pas la porte. Jamais un professionnel sérieux ne viendra chez vous à l’improviste. "Méfiez-vous tout particulièrement des entreprises prétendant être mandatées par un organisme public, car les services publics ne démarchent jamais, que ça soit par Internet, par téléphone ou au domicile", alerte le site du ministère de l’Économie.

  • Se laisser aveugler par des offres mirobolantes

Méfiez-vous comme de la peste des rabais XXL et des promotions exceptionnelles, elles cachent souvent une réalité bien plus sombre. En général, les premiers prix pour l'installation d'une pompe à chaleur démarrent à 4 000 € et peuvent aller bien plus haut selon le modèle choisi. Il y a quelques années, les différentes aides allouées aux particuliers, notamment le dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie, permettaient aux ménages les plus modestes de profiter d’une PAC pour 1€ symbolique en cumulant toutes les subventions. Attention, ce n’est plus le cas depuis 2020 malgré ce que laissent croire certains "professionnels".

  • Signer un devis trop tôt

Vous avez pris l’initiative d’appeler un professionnel pour un devis ? C’est un bon départ mais pensez à en contacter au mois deux supplémentaires pour comparer.

Autre point important et même primordial : il faut à tout prix constituer son dossier de demande d’aides avant de signer un devis. Si ce n’est pas le cas, le coup de pouce financier peut vous passer sous le nez même si vous remplissez tous les critères. C’est notamment le cas de l’aide "MaPrimeRénov'", qui exige l’obtention de l’accord avant de pouvoir lancer les travaux.

  • Choisir un professionnel non "RGE"

Comme toute installation, la pose d’une pompe à chaleur requiert une expertise et un savoir-faire. Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut s’entourer de professionnels aguerris. La mention RGE pour "reconnu garant de l’environnement" est un signe de qualité destiné aux professionnels spécialisés dans la rénovation énergétique.

Seules les pompes à chaleur installées par un artisan ou entreprise certifiée RGE pourront bénéficier des aides mises en place par le gouvernement. L’annuaire des professionnels RGE est à retrouver sur cette page. Sans céder à la paranoïa, gardez bien à l’esprit qu’un label RGE ne garantit pas que l’entreprise n’ait pas de pratiques commerciales douteuses.