Publicité

En pleine colère agricole, Macron en Suède pour renforcer la coopération militaire entre les deux pays

Laissant Gabriel Attal en première ligne face à la gronde des agriculteurs, le président français se rend en Suède deux jours pour une visite orientée sur l'avenir de la défense européenne.

Le président français Emmanuel Macron s'extrait de la colère du monde agricole ce mardi 30 janvier pour entamer une visite d'État de deux jours en Suède, sur le point d'adhérer à l'Otan, largement consacrée à l'avenir de la défense européenne et au soutien à l'Ukraine.

Reportée en octobre dernier dans un contexte de menace terroriste touchant les deux pays, le déplacement ne pouvait subir un nouveau décalage. Mais la réaction des agriculteurs en colère aux nouvelles mesures que doit annoncer dans la journée le gouvernement pour tenter de lever les blocages autour de Paris planera sur le début de sa visite à Stockholm.

Un nouveau partenariat stratégique

Les images des tracteurs sur les autoroutes menant à la capitale française risquent d'être en fort contraste avec celles du faste des réceptions par le roi Carl XVI Gustaf et la reine Silvia.

Emmanuel Macron doit s'exprimer mardi après-midi - juste avant la déclaration de politique générale de son nouveau Premier ministre Gabriel Attal devant le Parlement—, à l'occasion d'une conférence de presse avec le chef du gouvernement suédois Ulf Kristersson.

Les deux hommes doivent signer un nouveau partenariat stratégique bilatéral, selon l'Elysée, et la défense sera au coeur des échanges entre les deux pays.

Devenir "alliés au sein de l'Otan dès que possible"

"Face à de nouvelles menaces sur le sol européen, la France et la Suède prendront des mesures concrètes pour renforcer leurs relations en matière de défense, notamment dans le secteur de l'industrie, et en devenant alliées au sein de l'Otan dès que possible", soulignent MM. Kristersson et Macron dans une tribune aux quotidiens Les Echos et Dagens Nyheter.

L'invasion de l'Ukraine par Moscou, il y a bientôt deux ans, a bouleversé la donne en Suède: longtemps neutre sur le plan militaire, Stockholm a décidé d'entrer dans l'Alliance atlantique. La Hongrie reste le dernier obstacle à cette adhésion, dont Ulf Kristersson a prévu de parler jeudi à Bruxelles en marge du Conseil européen, avec son homologue hongrois Viktor Orban qui fait également obstacle au versement d'une aide européenne à l'Ukraine.

Emmanuel Macron, qui se rendra en Ukraine en février, va aborder les questions de défense lors d'un discours mardi après-midi devant des jeunes officiers suédois de l'Académie militaire de Karlberg.

La Suède "est un pays qui a la même vision de la souveraineté que la France" avec "la volonté de développer des capacités sur un spectre très large, que ce soit des capacités opérationnelles et industrielles", dit un conseiller du président français, soulignant une approche commune de la nécessité d'entrer en "économie de guerre".

"Se préparer mentalement à la guerre"

Signe de l'évolution des mentalités, les autorités suédoises ont provoqué un électrochoc en janvier en déclarant, par la voix du commandant en chef de l'armée suédoise Micael Byden, que les Suédois "devaient se préparer mentalement à la guerre".

Après l'invasion russe de l'Ukraine en février 2022, la Suède a annoncé qu'elle voulait atteindre le cap des 2% du PIB consacré aux dépenses de défense "le plus tôt possible".

Le pays peut compter sur une solide industrie de défense et la France comme la Suède ont en commun d'avoir développé de façon autonome un avion de chasse, le Rafale côté français et le Gripen côté suédois.

La France et la Suède vont signer une déclaration d'intention sur les systèmes de défense anti-aériens et de surveillance aérienne, tandis que les entreprises Saab et MBDA devraient conclure "dans les prochains jours un contrat sur le développement du missile antichar Akeron", selon Paris.

Répondre au "défi de la transition verte et numérique"

L'autre thème majeur de cette visite d'État, la première d'un président français en Suède depuis celle de Jacques Chirac en 2000, est l'innovation "face au défi de la transition verte et numérique", explique l'entourage d'Emmanuel Macron.

Ce dernier visitera mercredi, à Lund dans le sud de la Suède, l'European Spallation Source (ESS), une installation de recherche scientifique sur les neutrons cofinancée par la France avec douze autres pays européens.

Le renforcement des coopérations dans le nucléaire civil, et celui de relations commerciales déjà florissantes avec des échanges d'une valeur de 22 milliards d'euros, seront aussi à l'ordre du jour.

"On considère que les conditions pour les entreprises se sont améliorées ces dernières années", affirme l'ambassadeur de Suède à Paris, Håkan Åkesson, rappelant que l'Hexagone est la première destination des investissements suédois en Europe depuis maintenant quatre ans.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Agriculteurs français en colère : quelles revendications ?